Your browser does not support JavaScript!

Actualités sur RES NATURALIS

Retrouvez jusqu'à 30 ans d'archives de la revue concernant RES NATURALIS

31 mars 2016 Paru dans le N°390 à la page 67

La « filière française », comme on l'appelle, la seule à traiter les eaux brutes, a fait ses preuves depuis une vingtaine d'années pour les petites collectivités. Ce mode de dépollution biologique se développe dans plusieurs directions, par exemple vers l'assainissement non collectif, notamment depuis que les solutions proposées bénéficient d'un agrément. Plus récemme...

30 avril 2015 Paru dans le N°381 à la page 117

Eau ou papier ? Le système actuel d'évacuation des matières alvines, tel que nous le connaissons, n?existe que depuis une centaine d'années dans sa version la plus répandue. Symbole emblématique de l'hygiène publique dans les villes, les Forica, en usage il y a 2 000 ans dans l'Empire Romain, rappellent que les pratiques en la matière étaient bien différentes'...

28 novembre 2014 Paru dans le N°376 à la page 135

Spécialisée dans la bio-activation des écosystèmes industriels, APB Environnement applique une méthodologie d'analyse des boues activées adaptée aux dysfonctionnements de stations d'épuration victimes de catastrophes naturelles aux conséquences sanitaires désastreuses (tremblements de terre, inondations, etc'..). Lorsque l'analyse à l'état frais n?est pas possible, l'analyse sur lame s...

31 mars 2014 Paru dans le N°370 à la page 108

En 1912, Gilbert Fowler de l'Université de Manchester, a l'intuition d'une épuration des eaux usées par cultures libres, dont il avait emprunté l'idée aux États-Unis. De retour à Manchester il mène en 1913 des expériences pour confirmer son hypothèse avec l'aide des chimistes Ardern et Lockett. Ils publient leurs travaux en 1914, donnant naissance à un nouveau procédé, baptisé « boues ac...

28 septembre 2012 Paru dans le N°354 à la page 73

Les auteurs, sur un site expérimental d'assainissement non collectif raccordé à une collectivité, étudient l'émission quotidienne de trois éléments figurés d'origine fécale dans l'eau brute, plaquettes protéiques, vaisseaux spiralés et fibres cellulosiques provenant du papier hygiénique. Ils proposent une valeur indicatrice d'émission par équivalent habitant (EH) de ces trois éléments fi...

30 decembre 2011 Paru dans le N°347 à la page 70

Les concentrations de huit genres de Thécamibes présents dans les boues activées de la station d'épuration de Limoges sont étudiées dans les deux files A et B, puis dans les boues en excès épaissies et enfin dans les boues digérées. Des différences relatives de concentrations de chaque genre de Thécamibes apparaissent entre les files A et B, pourtant identiques au point de vue de la cha...

30 septembre 2010 Paru dans le N°334 à la page 74

Le biotope principal de la fosse toutes eaux : la boue avec ses deux sousbiotopes, la surface du voile de boue et le fond de la fosse, est examiné en hiver (température froide) au moyen de l'analyse biologique. La surface du voile de boue est un biotope microaérophile en relation d'échange avec l'eau de la fosse. Ce sous-biotope est peuplé d'une microfaune saprobe de Trep...

30 avril 2009 Paru dans le N°321 à la page 43

Les grains de zéolite qui sont le matériau du filtre compact étudié, ont une très grande porosité formant une zone hydratée importante, colonisée par un biofilm bactérien et par une biocénose épuratrice de macro-organismes, tels que vers Eisenia, Collemboles, Acariens, etc' et de micro-organismes tels que Thécamibes caractéristiques. L?article présente les principaux biotopes du filtre a...

31 mars 2008 Paru dans le N°310 à la page 79

Une méthode d'examen biologique appropriée au milieu rural, à l'ANC et à la coopération avec pays émergents est proposée qui met en évidence visuellement les proportions de biomasses végétales roseaux, les MES de l'eau brute et les biomasses bactériennes, dans un filtre à sable planté de roseaux, suivant la profondeur du filtre. Une évaluation des risques de colmatage et du degré de colm...

30 septembre 2006 Paru dans le N°294 à la page 68

Les effluents dont la teneur en NNH4 + est supérieure à 1 g/l sont difficiles à épurer par voie biologique à cause de la concentration en ammonium. Ils exigent des temps de séjour importants pour assurer nitrification et dénitrification, par conséquent des volumes correspondants de réacteurs et donc des coûts de construction et d'exploitation élevés. À ces inconvénients s'ajoute le trait...