Your browser does not support JavaScript!

L’autorité en charge de la gestion de l’eau à Dacca a attribué, lors d’un appel d’offres international, à Suez associé à Veolia le contrat de construction et d’exploitation de l’usine de production d’eau potable de Gandharbpur au Bangladesh. Le contrat, d’un montant d’environ 275 millions d’euros, sera réalisé à travers une joint-venture détenue à parts égales entre Suez et Veolia, à travers une filiale de Veolia Water Technologies.

En forte croissance, Dacca est confrontée à une diminution de ses nappes souterraines, principale source d’approvisionnement en eau potable pour ses 11 millions d’habitants. Face à la croissance démographique et urbaine, les besoins en eau potable devraient doubler d’ici 2030 alors même que le niveau des nappes phréatiques de la région diminue de 2 à 3 mètres par an. Face à ce défi, le gouvernement du Bangladesh a lancé un programme (Dhaka Water Supply Project) visant à préserver les nappes phréatiques de la région en prélevant 80% de l’eau nécessaire à l’alimentation des habitants de Dacca à partir des eaux de surface (contre 20% actuellement).

Le contrat remporté par Suez et Veolia a pour objectif de concevoir, construire et exploiter une nouvelle installation de production d’eau potable à partir d’une prise d’eau située 22 km en amont dans la rivière Meghna. Située dans le quartier de Gandharbpur à Dhaka, cette usine, d’une capacité de production de 500 000 m3 par jour, permettra d’alimenter près de 4,3 millions d’habitants de la capitale en eau potable conforme aux normes internationales de l’Organisation Mondiale de la Santé.

Le contrat prévoit une phase de conception et de construction de l’usine d’une durée de 4 ans qui sera suivie d’une phase d’exploitation et de maintenance de l’usine de 3 ans. Les deux partenaires assureront le transfert de savoir-faire progressif aux collaborateurs de l’autorité publique.

La nouvelle usine produira une eau conforme aux normes de l’OMS grâce aux technologies (décantation et filtration rapides) des deux partenaires. Par ailleurs, la construction de l’ensemble des réalisations a été prévue de façon à résister aux risques d’inondations et de tremblements de terre, fréquents dans la région.

Le financement de l’usine sera assuré par la Banque Asiatique de Développement, l’Agence Française de Développement, la Banque Européenne d’Investissement et le gouvernement du Bangladesh.