Your browser does not support JavaScript!

Valgo, ETI française spécialisée dans la dépollution des sols et la reconversion des friches industrielles, a présenté ses résultats pour 2018 avec un chiffre d’affaires en hausse de 25%. Sur un marché en forte croissance porté par les enjeux environnementaux et l’économie circulaire, l’entreprise affiche depuis 5 ans une croissance rentable comprise entre 20 et 25% par an. Elle intègrera prochainement le programme « Accélérateur international » de BPI.

L’entreprise confirme son statut d’ETI à fort potentiel, grâce à une année 2018 marquée par un chiffre d’affaires consolidé en hausse de 25%, à 70 millions d’euros, avec un EBITDA supérieur à 9 millions d’euros.

Porté par un marché en pleine croissance avec plus de 300.000 sites pollués en France, Valgo se donne pour objectif d’atteindre 100 millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici 2020 en renforçant notamment son modèle qui repose sur un concept intégré de revitalisation de sites industriels. Mis en œuvre depuis 2014 sur le Pôle d’Innovations des Couronnes, vaste projet de dépollution et reconversion de l’ancienne raffinerie Pétroplus près de Rouen, ce modèle allie les trois métiers de l’entreprise : déconstruction-désamiantage et déplombage, dépollution des sols et des nappes phréatiques et aménagement-valorisation foncière des sites.

Valgo anticipe également un fort développement grâce à l’intégration dans l’« Accélérateur international » de BPI qui vise à accompagner les ETI prometteuses dans la structuration de leur développement à l’international. L’entreprise possède déjà des filiales en Argentine, au Brésil, en Italie et récemment au Monténégro où elle a signé un contrat stratégique de près de deux ans avec l’Etat du Monténégro pour la dépollution du chantier naval de Bijela.

« Face aux enjeux environnementaux et économiques des territoires, notre modèle de ‘Valgorisation’ visant à penser au cœur d’un même projet les dimensions liées à la remise en état d’un site et celles liées à leur reconversion économique pérenne prouve son bien-fondé, estime François Bouché, Président Directeur Général de Valgo. La réhabilitation des friches industrielles et des sites pollués est possible et nécessaire à l’heure d’une lutte contre l’artificialisation des sols et d’un urbanisme galopant ».