Your browser does not support JavaScript!

Dans la Loire, les mesures acoustiques relevées grâce à un partenariat exclusif entre Echologics®, A Mueller Technologies Company, et Saint-Gobain PAM ont permis d'évaluer, sans interruption de service, l'état des canalisations d’un tronçon en fonte en calculant l'épaisseur résiduelle des tuyaux.

Le décret du 27 février 2012 impose aux gestionnaires et exploitants des réseaux d’eau de dresser un état précis de leur patrimoine réseau, de fixer des objectifs de réduction de taux de fuites, et d’établir les plans de renouvellement nécessaires pour une réduction maximale des fuites.

Le procédé ePulse® repose sur la réalisation de signaux acoustiques basse fréquence qui sont envoyés dans les canalisations par tronçons de 100 à 200 mètres de long.

C’est dans ce cadre, que Roannaise des eaux, l’interlocuteur de référence en matière de politique publique liée à l’eau sur un territoire de 42 communes dans le département de la Loire (42) autour de Roanne, a tenu à faire diagnostiquer un tronçon en fonte ductile de 250 mm de diamètre datant des années 70 et long de 2 kilomètres, suite à l’observation d’une corrosion sur des éléments externes. « Situé à 1,50 mètre de profondeur et pour moitié dans le domaine privé, il était nécessaire de recourir à une méthode non invasive pour ne pas créer de nuisance, explique Pascal Petit, Directeur technique. L’environnement de la conduite était tel que nous ne pouvions pas nous permettre d’ouvrir des tranchées pour constater d’éventuelles fuites. C’est par Saint Gobain PAM que nous avons eu connaissance du procédé ePulse® qui répondait à notre cahier des charges ».

Le procédé ePulse® repose sur la réalisation de signaux acoustiques basse fréquence qui sont envoyés dans les canalisations par tronçons de 100 à 200 mètres de long. Le signal récupéré au point d’accès suivant, comme des vannes ou directement sur le tuyau, se modifie selon l’état de la paroi de la canalisation.

Le signal récupéré au point d’accès suivant se modifie selon l’état de la paroi de la canalisation. 

Les techniciens en charge des mesures ont sondé 18 tronçons de 70 à 150 mètres de long. « Les points de contact n’étaient pas assez nombreux pour tester des tronçons de manière pertinente, précise Pascal Petit. Plus le tronçon est long, moins les mesures seront précises. Il a donc été nécessaire de créer des ouvertures pour réduire les tronçons et ainsi obtenir des résultats probants ».

Au cours de l’inspection, aucune fuite n’a été détectée. Mais 8 tronçons (910 ml) se sont révélé présenter des altérations. 10 tronçons (1040 ml) sont apparus en bon état et ne nécessitent aucune intervention complémentaire.

« Nous avons désormais une photographie très précise de l’état de ce tronçon qui va nous permettre d’envisager un plan de remplacement des tuyaux endommagés, indique Eric Lacroix, Responsable Etudes et Travaux. Nous avons par ailleurs comme projet de faire également tester nos canalisations en zone urbaine afin d’avoir une vue complète de notre réseau ».