Your browser does not support JavaScript!

Saint-Gobain PAM vient de développer, en partenariat européen avec la société canadienne Echologics®, A Mueller Technologies Company, un nouveau service permettant d'évaluer, sans interruption de service, l'état des canalisations en fonte en calculant l'épaisseur résiduelle des tuyaux.

La moitié des canalisations françaises sont antérieures à 1972 !

On estime que, en moyenne, de 20 à 30 % de l'eau potable transportée se perd dans la nature. L'âge du réseau, la nature des sols, les coups de bélier, la pression excessive ou encore les vibrations du trafic routier sont autant de facteurs pouvant endommager les canalisations et induire des fuites dans les installations. 

 Outre des pertes en matière de ressource, mais aussi d'énergie et finalement d'argent investi dans le traitement, ces dysfonctionnements peuvent également entraîner un risque pour la santé publique. Par ailleurs, et au terme du décret du 27 février 2012, les gestionnaires et exploitants de réseaux sont tenus de dresser un état précis de leur patrimoine réseau, de fixer des objectifs de réduction de taux de fuites et d'établir des plans de renouvellement. 

 Or, à l'heure actuelle, ces démarches se basent sur des indicateurs tels que la fréquence des fuites, mais aussi l'âge, le type et le diamètre des canalisations, entrainant parfois des marges d'erreur importantes, amenant des prises de décisions injustifiées.


Saint Gobain PAM s'est donc associé à la société canadienne Echologics®, A Mueller Technologies Company, spécialisée dans les techniques acoustiques, pour proposer aux collectivités et exploitants un service d'aide au diagnostic des anciennes canalisations souterraines en fonte. Le système, qui repose sur une méthode non invasive, permet de cibler et de prioriser les actions de maintenance ou de renouvellement, sans travaux d'ouverture, pour une meilleure anticipation et répartition des budgets de renouvellement. Il repose sur la réalisation de mesures tous les 100 à 200 mètres par signal acoustique basse fréquence, émis dans la conduite sous pression. 

Selon la rigidité de la paroi, et donc de son état, le signal se modifie. Il est mesuré par des capteurs reliés à des points de contact existants, comme des poteaux d'incendie, des vannes ou bien directement sur le tuyau. Grâce à ces mesures, l'épaisseur des parois peut être déduite : le traitement informatique du signal permet en effet de calculer l'épaisseur résiduelle du tronçon testé grâce à l'algorithme breveté ePULSE. 

En croisant ces informations avec les caractéristiques initiales du tuyau, les équipes chargées de l'évaluation peuvent estimer l'amincissement moyen du tronçon examiné. Il devient ainsi possible de prendre des décisions étayées en ciblant les tronçons sur lesquels intervenir en priorité, assurant par là-même une meilleure maîtrise des investissements engagés.