Your browser does not support JavaScript!

Une année 2012 plus que satisfaisante, un nouveau management, de nouveaux produits, le leader mondial en instrumentation de mesure et d'automatisation qui vient de dépasser le seuil des 10.000 employés, voit l'avenir en rose. Sur le marché de l'eau, et malgré un contexte économique assez difficile, Endress+Hauser prévoit de maintenir, voire d'améliorer ses positions en 2013.

Pour le groupe Endress+Hauser, l'année 2012 aura donc été la troisième bonne année consécutive après la crise de 2009. Le chiffre d'affaires a augmenté de 11 % à près de 1,7 milliard d'euros et le résultat d'exploitation s'inscrit en hausse de 10% à 273 millions d'euros, malgré des amortissements relativement élevés.

Ces résultats sont le fruit d'une croissance enregistrée dans la plupart des régions du monde, en particulier sur le marché américain. « Aux Etats-Unis nous sommes ainsi devenus l'an dernier les premiers fabricants de débitmètres » se félicite Urs Endress, Président d'Endress+Hauser France . En 2012, une nouvelle société de commercialisation a ouvert ses portes en Arabie Saoudite. L’ouverture d'une agence aux Émirats Arabes Unis témoigne, elle aussi, d'une croissance des activités au Proche-Orient.

Endress+Hauser a également ouvert une agence au Vietnam, tandis qu'au tout début de l'année, un Sales Center a été créé en Indonésie. Les taux de croissance les plus élevés ont été enregistrés dans l'industrie du pétrole et du gaz, des centrales électriques et de l'énergie, suivis de près par les industries chimiques, agroalimentaires, ainsi que par le secteur du traitement des eaux. Malgré ces succès, le groupe s'attend à une année 2013 plus tendue. D’où l'idée de réorganiser sans attendre ses structures de direction.

En 2014, Klaus Endress entrera au Supervisory Board où il prendra la place de Klaus Riemenschneider en tant que président tandis que Matthias Altendorf qui dirigeait le plus grand centre de production du groupe à Maulburg prendra sa succession en tant que CEO. Pour consolider ses positions, le groupe a également choisi d'accompagner, voire anticiper les évolutions réglementaires, facteurs de croissance sur les marchés.

 

Accompagner voire anticiper les évolutions règlementaires, facteurs de croissance sur les marchés

En Europe, sur le secteur de l'eau, les investissements s'orientent de plus en plus souvent vers la protection des ressources et la multiplication de dispositifs de contrôle et de surveillance. « La pression croissante qui pèse la ressource impose par exemple une gestion raisonnée et intégrée ainsi que des dispositifs de comptage adaptée aux prélèvements » souligne Patrick Hell, responsable marketing chez Endress+Hauser France.

La plupart des points de prélèvement sont donc équipés d'un dispositif de comptage. L’arrêté du 19 décembre 2011 relatif à la mesure des prélèvements d'eau et aux modalités de calcul de l'assiette de la redevance pour prélèvement sur la ressource en eau précise d'ailleurs les modalités de contrôle de ces dispositifs. Lorsqu'ils sont pourvus de débitmètres électromagnétiques, le contrôle peut être effectué sur site à l'aide d'un dispositif de simulation. Mais il doit être effectué par un organisme habilité.

C’est désormais le cas d'Endress+Hauser qui a obtenu le 15 avril dernier l'habilitation pour la réalisation de diagnostics sur site des installations de mesure des volumes d'eau prélevés pour le calcul de la redevance pour prélèvement sur la ressource. « Cette habilitation, mise en place par les agences de l'eau, est valable sur tout le territoire national et concerne toutes les marques aussi bien sur les écoulements en charge que sur les écoulements à surface libre », précise Patrick Hell. Autre axe de développement suivi de près par Endress+Hauser, l'essor de la mesure en ligne qui permet de mieux appréhender et de minimiser les risques de pollution.

 

L’essor de la mesure en ligne : mieux appréhender et minimiser les risques de pollution

La mesure en ligne est un outil précieux lorsqu'il s'agit de limiter ou de minimiser les risques de pollution en milieu naturel comme en milieu industriel ou elle a pris de plus en plus d'importance au cours des années 2000.

On y recourt fréquemment pour le pilotage des process industriels mais aussi pour le contrôle des rejets des eaux usées ou des eaux pluviales. Elle est également très utilisée pour la régulation des process de traitement de l'eau potable que ce soit en amont des stations de traitement, dans les procédés, ou encore en aval sur l'eau distribuée. « Mais elle est encore peu présente dans les stations de traitement d'eaux usées urbaines à l'exception de quelques grandes stations d'épuration et plus encore en milieu naturel » estime Patrick Hell.

Or Endress+Hauser propose de nombreuses solutions dans ce domaine qui font leurs preuves sur le terrain depuis plusieurs années. Une dizaine de ces équipements parmi lesquels des stations d'alertes ont d'ailleurs servi de support à une étude d'évaluation technique et économique de la mesure en continu réalisée par le cabinet Ernst & Young pour le compte du Ministère de l'Écologie, de l'Onema avec la participation des pôles de compétitivité. « Cette démarche qui vise à évaluer l'intérêt de la mesure en ligne devrait rapidement déboucher sur des critères technico-économiques précis en faveur ou non de ce type de mesures, en remplacement et/ou en complément des mesures ponctuelles classiquement utilisées » précise Patrick Hell. « Les exploitants, mais aussi les bureaux d'études ou encore les constructeurs d'ouvrages, sauront avec précision ce qu'ils en droit d'attendre de la mesure en ligne dans différents domaines, notamment dans les milieux naturels ».

La restitution des conclusions de cette enquête, qui pourrait doper le recours à la mesure en ligne en milieu naturel, devrait intervenir au cours du second semestre 2013.

 

Vincent Johanet