Your browser does not support JavaScript!

Le renchérissement du coût de l'énergie et les nombreux progrès enregistrés ces dernières années en matière d'efficience énergétique et de réduction des coûts de maintenance incitent les exploitants à procéder à un réexamen attentif de leurs équipements. Xylem l'a bien compris et propose dans de nombreux domaines des solutions innovantes susceptibles d'optimiser les bilans d'exploitation. Explications.

Née de la scission, le 1er novembre 2011, du groupe ITT Corporation en trois entités distinctes, le groupe Xylem est désormais en ordre de marche. En Europe, il a procédé au 1er juillet dernier à une restructuration de ses forces commerciales jusqu'alors organisées en Value Centers c'est-à-dire par marchés. « Elles sont désormais regroupées par zones géographiques, ce qui va nous permettre de mieux appréhender l'ensemble du cycle de l'eau en n’en exploitant toutes les synergies 

» explique François Audo, Directeur Général de Xylem pour l'Europe du sud et P-DG de Xylem France.

C’est que le groupe Xylem nourrit de grandes ambitions. Avec 4 milliards de dollars de chiffre d'affaires et 12.700 employés, il figure d'emblée parmi les leaders mondiaux des technologies de l'eau. Il est également très présent en Europe ou il réalise la part la plus importante de son chiffre d'affaires (37%).

En France, ou le groupe jouit d'un historique important grâce à 50 années de présence continue, Xylem Water Solutions France est à même de proposer une offre complète de solutions et de services pour le pompage et le traitement de l'eau, grâce à un large portefeuille de marques : Flygt pour tout ce qui relève du pompage des eaux usées, Lowara pour le pompage des eaux claires, Godwin pour les applications d'épuisement et d'assèchement, Leopold pour les systèmes de filtration, Sanitaire pour l'aération, et Wedeco pour la désinfection ozone-UV. « Nos technologies concernent donc l'ensemble du cycle de l'eau, du captage jusqu'au rejet, en passant par les différentes étapes telles que la distribution, la désinfection ou encore le traitement des eaux sur le marché municipal, industriel ou encore le bâtiment » souligne François Audo.

« Un atout autant qu'un challenge » ajoute Xavier Janin, Directeur Commercial. « Celui de faire mieux connaitre chacune de ses marques sur les segments de marchés qui la concerne ». Pour ceci, Xylem mise sur les nombreuses innovations développées ces derniers mois autour d'un fil rouge : réduire les consommations en énergie ainsi que les coûts d'exploitation et de maintenance.

 

Réduire les consommations en énergie ainsi que les coûts d'exploitation et de maintenance

La technologie N, lancée par Flygt en 1997, a constitué une avancée importante dans le pompage des eaux usées en apportant un fonctionnement autonettoyant, performant et constant dans le temps, avec, à la clé, des économies d'énergie allant jusqu'à 25 %.

Avec le lancement de Flygt Experior, désormais disponible sur les pompes N d'une puissance comprise entre 1,3 et 70 kW, Xylem passe à la vitesse supérieure et annonce jusqu'à 50 % d'économies selon le caractère dissipatif ou non du réseau. La technologie, qui associe une hydraulique de pointe, un moteur IE3 et un dispositif de contrôle SmartRun, permet également de réduire les coûts de maintenance. A Montmorillon, municipalité du centre de la France, le poste principal de relevage d'eaux usées de la ville faisait l'objet de nombreuses interventions des agents d'exploitation (une fois par semaine au minimum) pour déboucher les pompes du fait de la présence de lingettes et filasses dans les eaux usées.

Xylem a installé la technologie Flygt Experior incluant deux pompes N Adaptive de 5,9 kW ainsi qu'un coffret électrique équipé de SmartRun. Grâce aux diverses fonctions de cette unité qui assurent un nettoyage préventif des pompes, de la tuyauterie et de la bâche, les phénomènes de colmatage ont disparu. L’exploitant a constaté une amélioration de la propreté du poste de relevage avec moins de flottants et une disparition de l'anneau de graisse. Les coûts d'interventions s'en sont trouvés réduits d'environ 14000 € par an.

Pour répondre à la demande croissante des exploitants, Xylem vient également de lancer une nouvelle offre pour l'installation des pompes submersibles en fosse sèche. Objectif : transposer les avantages de l'hydraulique N en fosse sèche tout en facilitant l'installation, le montage, le démontage des pompes et ceci dans un meilleur environnement pour les opérateurs.

Autre innovation qui doit permettre de réduire les coûts, la nouvelle génération de pompes à hélice Slimline, spécialement conçue pour transporter des volumes d'eau importants avec une faible hauteur manométrique. « Moins d'espace, moins de maintenance, un meilleur rendement et une résistance au colmatage plus élevée : ces pompes permettent aux exploitants de réduire leurs coûts tout en optimisant les performances hydrauliques et le rendement de leurs stations de pompage », assure Philippe Loison, responsable de la gamme chez Xylem France.

Dans le domaine du traitement des eaux usées, Xylem a présenté à Pollutec 2012 l'agitateur semi rapide 4530 qui divise par deux le coût énergétique, comparé aux agitateurs compacts à vitesse rapide grâce à la combinaison de ses 3 pales à profil optimisé d'un diamètre de 1,2 mètre, et d'une vitesse de rotation entre 90 et 150 tr/min. « Il s'installe en lieu et place d'un agitateur compact sur une seule barre de guidage. Cette installation rapide et directe permet ainsi de réduire au minimum le temps et le coût des opérations de remplacement », souligne Andreas Lindberg, chef de produit agitateurs submersibles chez Xylem.

Ces innovations offrent aux exploitants la possibilité d'améliorer leurs bilans d'exploitation en économisant sur l'énergie et la maintenance. D’autres, plus récentes encore, participent également à cet objectif en optimisant les performances des équipements proposés.

 

Des solutions pour optimiser les performances

C’est par exemple le cas des réacteurs UV basse pression Wedeco Spektron e, qui ont été les premiers à obtenir le certificat ACS UV au mois de mars dernier. L’arrêté du 9 octobre 2012, entré en vigueur le 1er janvier 2013, impose l'obtention d'une ACS UV pour tout système de désinfection UV utilisé sur une installation de potabilisation.

Cette ACS vise à vérifier l'innocuité des matériaux utilisés mais aussi à certifier l'efficacité du système. Celle-ci est prouvée par des essais bio-dosimétriques réalisés par des laboratoires spécialisés selon 3 protocoles reconnus ÖNORM (Autriche), DVGW (Allemagne) ou UVDGM (Etats-Unis) et certifiant la délivrance d'une dose UV de 400 J/m². Elle permet donc aux exploitants d'être assurés de la performance de leur système de désinfection.

Avec une capacité allant jusqu'à 744,5 m³/h (prochainement 1000 m³/h), les réacteurs Wedeco Spektron e couvrent un large éventail d'applications, en eau potable comme en eaux usées ou eaux industrielles. Cette gamme intègre également plusieurs innovations permettant de réaliser des économies d'énergie tout en facilitant l'exploitation et la maintenance. C’est par exemple le cas du régulateur de flux OptiConeTM qui améliore l'écoulement de l'eau dans le réacteur indépendamment des turbulences éventuelles dues à la configuration de l'installation (coude en amont par exemple).

L’efficacité énergétique des lampes basse pression Ecoray® a également été accrue et leur durée de vie allongée jusqu'à 16 000 h attendues (14 000 h garanties), tout en diminuant jusqu'à 80% la quantité de mercure qu'elles contiennent. De plus, l'option de régulation de la dose UV OptiDose permet de diminuer encore un peu plus la consommation énergétique par variation de la puissance des lampes de 50 à 100%.

Ce système de régulation se base sur l'intensité UV mesurée par un capteur et sur le débit circulant dans le réacteur. OptiDose permet ainsi de réaliser des économies d'énergie de 20% en moyenne. Autre innovation permettant de tirer les coûts d'exploitation vers le bas, les nouveaux planchers filtrants de type S ou SL développés par Leopold. Adaptés aux installations neuves comme aux réhabilitations, ils assurent la séquence de rétro-lavage du filtre avec une fluidisation complète du lit qui permet de réduire les coûts d'exploitation.

Leopold a été pionnière pour la technologie « double canal » assurant une distribution uniforme de l'air comme de l'eau sur chaque orifice (240 au m²) même en cas de grande longueur. Une circulation plus importante d'air et d'eau à travers les orifices les plus éloignés de la source conduit à des variations de pression sur la longueur du canal d'alimentation principale. Il en résulte de meilleures performances en termes de rétro-lavage. « Ces éléments de plancher filtrant constituent une réelle opportunité d'améliorer le fonctionnement global des systèmes de filtration, particulièrement dans le cas de réhabilitation de filtres anciens », souligne Josefa Abbasse, Ingénieur Développement Traitement.

Cette solution s'adapte à tous les types de filtres indépendamment de leurs configurations. Ainsi, lors d'une rénovation, même si le filtre existant est équipé d'une technologie différente (crépines par exemple), Leopold est en mesure de proposer une solution optimisée pour simplifier la mise en œuvre et réduire les coûts de génie civil et d'installation.

 

Vincent Johanet