Your browser does not support JavaScript!

Guide des Nouveautés Techniques 2020

Description

Trichlorscan de la gamme NEMo TC de Cifec est le premier enregistreur portable de la qualité de l’air des piscines mesurant en continu la trichloramine avec les niveaux de performances exigés pour le contrôle de l’air des piscines.
La trichloramine est à l’origine de l’odeur de « chlore » caractéristique des piscines. Cette molécule est créée par réaction entre le chlore utilisé pour la désinfection de l’eau et les matières organiques apportées par les nageurs (sueurs, cosmétiques, salive, urine, peaux mortes…). C’est un gaz très volatile qui peut provoquer des irritations oculaires, cutanées et respiratoires, voire de l’asthme et des rhinites en cas d’exposition prolongée. Les employés de piscine (maîtres-nageurs notamment) sont particulièrement exposés. L’asthme et les rhinites sont d’ailleurs reconnus comme maladies professionnelles par le décret n°2003-110 du 11 février 2003.

Fonctionnement et caractéristiques

Trichlorscan repose sur une technologie de chimie verte exclusive et brevetée (CEA-CNRS) de piège moléculaire nanoporeux.
Fonctionnant sur batterie rechargeable par USB et disposant d’une mémoire interne, il est facile à installer dans tout type de piscines couvertes.
Son utilisation est très simple : on l’allume, on y met une languette de mesure, on le pose au point de mesure. Après 24h, on le relève via USB ou Bluetooth.
Trichlorscan fonctionne avec le logiciel Profil’Manager fourni pour PC, ou l’appli NemoView pour smartphone (IOS ou Android) gratuit sur Apple store ou Google play.

Applications

Trichlorscan permet de surveiller la qualité de l’air des piscines publiques, parcs aquatiques, spas, hôtels, établissements thermaux et de thalassothérapie…

Il assure également un contrôle de la qualité de l’air dans les industries agroalimentaires ayant recourt au Nettoyage En Place (NEP) aussi appelé Clean-In-Place (CIP) utilisant des produits chlorés.

Il permet de lutter contre les maladies professionnelles comme l’exige le code du travail et d’évaluer les systèmes de ventilation et déchloraminateurs.