Your browser does not support JavaScript!

Antea Group a organisé la 3ème édition de ses prix de l’innovation à Orléans les 12 et 13 juin dernier. L’occasion d’officialiser ses partenariats scientifiques et industriels avec le BRGM et l'Université d'Orléans et de consacrer la création de l’Innovation Hub d’Antea Group, situé à Orléans.

Antea Group a fait de la coopération internationale et de l'innovation des moteurs essentiels de sa croissance pour les années à venir. L'organisation de la 3ème édition de ses prix de l’innovation, les 12 et 13 juin dernier en a été la démonstration.

Ouvert aux 3 200 employés du Groupe, ce concours international vise à promouvoir l'innovation au sein du Groupe et à partager les nouveaux produits et services dans le monde entier. Le processus de sélection repose sur un jury composé d'experts internes et externes, présidé par le professeur Ary Bruand, Président de l'Université d'Orléans.

En 2018, Antea Group a décidé de créer l’Innovation Hub du groupe international à Orléans. Grâce à ce centre, le savoir-faire, les nouvelles technologies et les meilleures pratiques innovantes sont réunies pour renforcer la compétitivité de la société avec des solutions dédiées à la gestion des données environnementales et aux services numériques.

Par ailleurs, en présence de François Bonneau, Président de la région Centre Val de Loire et d’Olivier Carré, Maire et Président d'Orléans Métropole, Antea Group a signé deux accords importants lors de l'événement : un partenariat avec l'Université d'Orléans qui comprend conception de programmes internationaux communs ainsi que la participation d'étudiants à des projets de R&D spécifiques et un autre partenariat scientifique et industriel avec le BRGM. L’accord signé entre Philippe Freyssinet, directeur de la stratégie et de la recherche au BRGM, et Rob van Dongen, directeur général et membre du conseil d’administration d’Antea Group, a pour but de développer de nouvelles applications, de nouveaux produits ou de nouveaux services dans les thématiques de R&D communes aux deux établissements. Il concernera notamment :

- Le développement de services numériques en lien avec les ressources de surface et du sous-sol immédiat,

- Les zones non saturées en eau entre la surface et les nappes souterraines (zones vadoses),

- La récupération de matériaux issus des terres excavées,

- La réutilisation d’eaux usées,

- La remise en état des sols in-situ,

- Les infrastructures de stockage de déchets,

- Les réactions aux séismes,

- Le développement commercial international.