Your browser does not support JavaScript!

Depuis 2013, Voies Navigables de France (VNF) a engagé un important programme de rénovation et de modernisation des infrastructures fluviales sur l’Aisne et la Meuse. Objectif : remplacer, entre 2015 et 2020, 29 barrages à aiguilles manuels, datant de la fin du 19ème siècle, par des barrages à bouchures gonflables à l’eau, automatisés et pilotés de manière centralisée. C’est la première fois en France que cette technologie, largement répandue en Allemagne, en Autriche, au Japon ou encore aux Etats-Unis, est installée sur autant d’ouvrages sur un même cours d’eau.

A la fois sûre, astucieuse et innovante, la solution mise en œuvre repose sur des baudruches en caoutchouc étanches de 2 à 3 mètres de haut et 30 mètres de long fixées sur une fondation en béton. Lorsqu’on les remplit d’eau, elles se gonflent, surélevant ainsi la crête du barrage. 

Ce système est particulièrement efficace pour maintenir à plus ou moins 10 cm la ligne d’eau nécessaire aux usages sur les fleuves : navigation, industries, hydroélectricité, pisciculture, réserve d’eau potable… Ecologiques, économiques, sécuritaires, ils savent répondre aux nombreux enjeux. Les nouveaux barrages sont ainsi tous équipés de passes à poissons pour permettre aux espèces de migrer en toute sécurité. Dans le cadre de ce projet, trois microcentrales de production d’hydroélectricité seront aussi réalisées sur la Meuse.

KSB a fourni pas moins de 168 pompes pour équiper ces nouveaux barrages. Dans chaque local technique, on retrouve ainsi 2 ou 3 Sewabloc qui remplissent ou vident un « Wassersack » ou gros réservoir réglable en hauteur en fonction du niveau d’eau attendu dans le fleuve. Le débit de ces pompes varie de 35 à 123 m3/h pour une hauteur maximale de 8 mètres. C’est par un jeu de vases communicants que les baudruches sont alimentées avec l’eau de ces réservoirs. Les locaux techniques abritent également une Amarex KRT (entre 61 et 220 m3/h pour une hauteur maximale de 6 mètres) qui vide l’eau de ces réservoirs et la rejette dans le fleuve quand la hauteur du barrage doit être abaissée. 

Enfin, une Amadrainer permet de vidanger les locaux en cas d’infiltration.

La société allemande Floecksmühle, conceptrice et experte dans ce process de barrages gonflables à l’eau, s’est déplacée à l’usine KSB de Halle pour valider la solution technique reposant sur la Sewabloc. Une pompe capable de s’ajuster en permanence au point de fonctionnement, de bons rendements électriques, la suppression de tout problème potentiel de cavitation et une parfaite compréhension des process, enjeux et problématiques techniques du client ont permis à KSB de faire la différence.

A ce jour, KSB a livré l’ensemble du matériel et la plupart des barrages ont été équipés. La phase de mise en service n’étant pas achevée, la moitié des locaux technique fonctionne.

 

 


De nombreux partenaires

Fruit d’un partenariat public-privé (PPP), ce vaste projet est porté par Bameo, une société de projet, constituée de VINCI Concessions, en groupement avec SHEMA (Groupe EDF) et Méridiam, spécifiquement créée dans le cadre d’un Contrat de partenariat avec VNF. Il englobe financement, conception, construction, exploitation, maintenance courante, gros entretien et renouvellement de l’ensemble des ouvrages. Programmés sur cinq ans entre 2015 et 2020, la conception et la construction ont été confiées à VINCI Construction France. Les travaux d’équipement hydraulique sur chaque ouvrage sont réalisés en période de basses eaux – entre mars et octobre – sur deux ans et pilotés par SOGEA (VINCI Construction France).