Your browser does not support JavaScript!

Entreprises

FP2E : Les 7 leçons de la crise du coronavirus

29 juin 2020 Paru dans le N°433 ( mots)

A la lumière des retours d’expérience de la crise sanitaire et des tensions sur la ressource, la FP2E formule 7 mesures et notamment la création d’un fonds Aquae pour les infrastructures et les canalisations

« Après les assises de l’eau, un certain nombre de choses ont pu démarrer mais pas avec l’ampleur souhaitée. Il faut accélérer les efforts et faire que cette crise soit une opportunité pour notre secteur et pour la transformation écologique », a rappelé Frédéric Van Heems, lors d’un point presse consacré aux solutions pour rendre les services plus résilients.

Pour la FP2E, l’enjeu n’est plus de débattre sur l’ampleur et la réalité des crises écologiques mais d’agir désormais et d’instaurer des choix politiques. « La crise a montré que l’amélioration de la qualité de l’assainissement et des eaux sont des sujets majeurs et elle préfigure un certain nombre de crises liées au changement climatique que nous pourrions avoir. Elle remet sous les projecteurs les choses qui doivent être priorisées dont l’hygiénisation des boues ».

6 volets sectoriels

Au‑delà de la relance de l’activité, les 7 mesures proposées par la fédération sont regroupées autour de propositions concrètes qui comportent aussi bien des mesures de priorisation des investissements que des solutions ciblées sur les enjeux que la crise a révélés :

· Sécuriser l’approvisionnement en eau potable par le doublement du taux de renouvellement des réseaux et par la digitalisation de leur pilotage.

· Accroître le recours à la réutilisation des eaux usées.

· Renforcer la protection des captages d’eau et le traitement des micropolluants.

· Lancer une nouvelle étape dans la généralisation de l’hygiénisation des boues d’épuration.

· Améliorer le traitement et les rejets, là où cela est nécessaire. Renforcer la surveillance des eaux de baignade.

· Développer la méthanisation des boues d’épuration pour renforcer la sobriété énergétique des services d’eau et d’assainissement.

Fonds Aquae

La situation appelle les questions sur les financements des agences de l’eau qui sont nécessaires pour adapter les infrastructures et les canalisations. C’est l’objet de la 7ème mesure. Pour la FP2E, la création d’un fonds Aquae constitue l’outil le plus efficace pour mettre en œuvre les investissements recommandés et combler le déficit estimé de 3 milliards d’euros par an sur les secteurs de l’eau et de l’assainissement. « Ne réinventons pas la roue. Nous avons un bon système : les agences de l’eau. Il est local, en proximité avec les différents acteurs, mais il n’a pas assez d’argent. Aussi, nous défendons le principe de la création d’un fonds Aquae qui permette de flécher vers les agences de l’eau les subventions qui viendraient soit du Green Deal européen soit des priorisations des subventions de l’Etat français ». Ce fonds Aquae doit jouer un rôle de tout premier plan pour orienter les investissements, avec pour mots d’ordre : une relance verte et inclusive.

Pascale Meeschaert

Entreprises liées
Contenus liés