Your browser does not support JavaScript!

L’AFB, l’INRA, l’IIRSTEA, l’ONCFS et l’Université Savoie Mont-Blanc viennent de signer une convention permettant la création du Pôle Recherche et Développement « Ecosystèmes lacustres ». Ce pôle a pour ambition de devenir le centre de référence national pour la recherche, le développement et l’innovation en ce qui concerne la préservation de la biodiversité, du fonctionnement et des services écosystémiques rendus par les milieux lacustres.

Initialement créé en 2010, ce pôle de R&D alors intitulé « Hydroécologie des plans d’eau » ne comptait que deux partenaires : l’Onema et Irstea. Ce mode de collaboration, alors très novateur, visait à rassembler dans une même communauté de travail, chercheurs et agents issus des établissements partenaires, pour construire et développer un projet scientifique commun. Les travaux étaient orientés autour de priorités liées à la mise en œuvre de politiques publiques permettant d’accélérer le transfert des connaissances vers la sphère opérationnelle.

Cette expérience a permis de créer les conditions d’une collaboration fructueuse entre scientifiques issus de disciplines différentes ouvrant la voie à l’élargissement du pôle à d’autres partenaires.

La création d’un consortium scientifique permet de favoriser les interactions entre recherche, politiques publiques, enjeux sociétaux et écologiques en créant ce Pôle R&D qui répond au nom d’ « ECLA ». Il a pour ambition de devenir le centre de référence national pour la recherche, le développement et l’innovation en ce qui concerne la préservation de la biodiversité, du fonctionnement et des services écosystémiques rendus par les milieux lacustres.

Ce passage à cinq partenaires permettra d’élargir son domaine d’expertise aux différents types d’écosystèmes d’eau stagnante (des grands lacs naturels aux petits plans d’eau, en passant par les retenues artificielles) et à davantage de composantes de la biodiversité (microorganismes, végétaux, invertébrés, poissons,…).  Il permet également une mise en en commun des moyens humains et financiers pour une durée de 6 ans, afin d’appuyer par la recherche et le développement la préservation et la restauration de la biodiversité et du fonctionnement des écosystèmes lacustres.

Ce pôle s’attachera à développer des outils opérationnels innovants pour la surveillance écologique des écosystèmes lacustres, à améliorer les connaissances de l’état et des trajectoires de ces écosystèmes face, notamment au changement climatique, à appuyer une restauration écologique efficace des écosystèmes lacustres et à soutenir la préservation de la biodiversité. Il sera également chargé d’appuyer la mise en œuvre des politiques publiques et de promouvoir une bonne gestion des écosystèmes lacustres en valorisant les travaux conduits par le pôle et en mobilisant l’expertise des cinq partenaires.