Your browser does not support JavaScript!

22 octobre 2018 Paru dans N°415 - à la page 10

Philippe Mauguin et Marc Michel, les Présidents de l’Inra et d’Irstea, ont remis le 17 octobre dernier à Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur et Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, le rapport d’étape relatif à la création d’un établissement de recherche unique réunissant les deux organismes au 1er janvier 2020.

L’ambition du futur établissement est de devenir l’un des leaders mondiaux de la recherche publique dans les domaines de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement, pour répondre aux enjeux liés à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, l’environnement et la santé, l’agroécologie, la gestion des ressources naturelles et des écosystèmes (eau, sol, forêt…), l’érosion de la biodiversité, l’économie circulaire, etc...

Des propositions concrètes ont été soumises aux Ministres pour mener à bien cette fusion. Pour répondre aux enjeux mondiaux et accroître son attractivité, le futur organisme déploiera des recherches finalisées, associant recherche fondamentale et appliquée, disciplinaire et interdisciplinaire. Ces recherches, qui soutiendront les politiques publiques, doivent permettre de réaliser des expertises de haut niveau, et de développer des projets tournés vers l'innovation.

7 départements nouveaux composés d’unités de recherche Irstea-Inra seront créés.

La synergie des compétences scientifiques et technologiques, la mise en commun des infrastructures de recherche et de données devraient permettre de produire des connaissances scientifiques au plus haut niveau des standards internationaux de qualité ainsi que de promouvoir une science ouverte impliquant la diffusion et le libre accès aux résultats de la recherche.

Ce nouvel établissement se veut également moteur pour la structuration régionale de la recherche et la participation à la dynamique des sites français de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. 

Le rapport remis aux ministres propose une organisation à la fois scientifique, territoriale et des services d’appui qui va être discutée avec les partenaires sociaux dans les prochains mois pour que le nouvel établissement soit opérationnel au 1er janvier 2020.

Pour réussir cette phase de transition et accompagner les équipes dans ce changement, le Ministère de l’Enseignement supérieur a annoncé une première une enveloppe de 4 M€.