Your browser does not support JavaScript!

Quels traitements pour les composés perfluorés en eau potable ?
Kader GAID de VEOLIA ENVIRONNEMENT 29 novembre 2019 Paru dans N°426 - à la page 67

Les substances poly- et perfluoroalkyliques (PFAS) sont répandues dans l’environnement et seront bientôt réglementées par l’UE pour les eaux destinées à la consommation humaine. Le présent document examine les caractéristiques des PFAS et les options de traitement. Les PFAS sont des composés aliphatiques qui contiennent des liaisons carbone-fluor saturées et qui résistent à la dégradation chimique, physique et biologique. Les groupes fonctionnels, la longueur de la chaîne de carbone, l’hydrophilité et l’hydrophobicité sont quelques-unes des propriétés structurelles importantes des PFAS qui influent sur leur devenir pendant le traitement de l’eau potable. Les PFAS ne sont pas éliminés de façon substantielle par des procédés de traitement qui comprennent la coagulation, la floculation, la sédimentation, la filtration, la biofiltration, l’oxydation chimique (chloration, ozonation, procédés d’oxydation avancés), irradiation UV et filtration sur membrane à basse pression. Cependant, l’adsorption de carbone activé et la filtration à membrane à haute pression sont efficaces pour contrôler ces contaminants. En ce qui concerne le carbone activé (granulé, poudre et micro-grain), l’influence de la longueur de la chaîne de perfluorocarbones, du groupe fonctionnel et de la structure de l’isomère (ramifiée ou linéaire) sur l’élimination de plusieurs PFAS est présentée dans ce document, en mettant l’accent sur l’APFO et le SPFO. Comme prévu, on observe une concurrence entre les PFAS et le carbone organique dissous. Une relation claire a été établie entre la longueur de la chaîne de perfluorocarbones et l’efficacité du carbone activé granulaire (AMC). Il a également été établi que les PFAS avec des groupes sulfonates présentaient une plus grande efficacité d’élimination que ceux avec des groupes carboxylate.