Your browser does not support JavaScript!

30 mars 1998 Paru dans N°210 - à la page 57

Au Sénégal, avec la sécheresse et l'explosion démographique, la demande en eau potable est croissante. Or, les réserves d'eau ne nécessitant que de faibles traitements avant utilisation s'amenuisent. Il faudra à brève échéance utiliser des réserves d'eau de moins bonne qualité nécessitant des traitements plus coûteux. Les techniques à membrane peuvent être une solution à ce problème. Cette étude relate les résultats de l'évaluation des performances de l'osmose inverse et de la nanofiltration pour le dessalement d'une eau saumâtre au Sénégal. La nanofiltration apparaît comme une technique de choix car elle associe une déminéralisation partielle à moindre coût énergétique à une désinfection presque totale.