Your browser does not support JavaScript!

Oxybleu est une nouvelle canalisation en polyéthylène résistante aux phénomènes d'oxydation sévère et de fissuration lente. Explications.

Les canalisations en polyéthylène (PE) occupent une place de plus en plus importante au sein des réseaux de distribution d'eau potable. Les qualités intrinsèques de ce matériau, sa durabilité, sa ductilité, la facilité de pose et de raccordement ainsi que l'absence totale de corrosion, même en milieux agressifs, ont favorisé son essor un peu partout dans le monde.

Reconnu pour ses qualités techniques et sanitaires, le PE à longtemps offert de solides perspectives en matière de gestion des réseaux d'eau potable.

Jusqu'à ce que, il y a une dizaine d'années, des phénomènes de fissuration lente soient observés sur certains réseaux. Des phénomènes liés à une interaction entre le polyéthylène d'une part, et le chlore (Cl2) ou le dioxyde de chlore (ClO2) d'autre part. « Certaines études ont mis en évidence une oxydation des canalisations en PE par des désinfectants dont le chlore et le dioxyde de chlore, laissant entendre qu'il s'agissait d'un phénomène général, explique Marc Palomares, Directeur technique chez Ryb. Il n’en est rien. Ce phénomène, réel, ne peut survenir que dans certains cas bien précis et résulte de l'association de trois facteurs : une concentration en désinfectant importante, une température de l'eau élevée et des conditions de pose défaillantes ».

Certaines qualités d'eaux brutes nécessitent en effet de mettre en œuvre des traitements susceptibles de conduire à une hausse sensible des concentrations en chlore au sein du réseau.

Combinées à une température de l'eau élevée, ces concentrations peuvent amorcer un mécanisme de thermo-oxydation du polyéthylène qui sera d'autant plus menaçant pour l'intégrité de la canalisation qu'il sera associé à une pose défaillante. « Le polyéthylène traditionnel, sensible au poinçonnement, nécessite un enrobage de sable, souligne Marc Palomares. A défaut, c'est un facteur aggravant en matière de fissuration ». Mais quels sont les seuils de concentration en chlore ou le niveau de température au-delà desquels la menace est réelle ? « Impossible à déterminer avec précision, indique Marc Palomares. Ce mécanisme résulte d'une interaction entre trois facteurs différents et non du franchissement d'un seuil ou d'une valeur ».

C’est pour apporter une réponse efficace et sécurisée aux phénomènes d'oxydation et de fissuration lente, que Ryb a développé en association avec Borealis, Oxybleu, une nouvelle gamme de canalisations en PE. « La formulation a été modifiée notamment via l'intégration d'un nouvel anti-oxydant qui permet de rendre la canalisation plus résistante dans le temps face aux attaques oxydantes du chlore et du dioxyde de chlore » explique Marc Palomares. Cette modification apporte un coefficient supplémentaire de sécurité d'un facteur au minimum de 3 par rapport aux canalisations en PE traditionnelles, minimum, car les tests tournent encore aujourd’hui ».

Le phénomène n’est pas totalement annihilé, mais s'il survient, ce sera, en moyenne, au minimum trois fois plus tard qu'avec une canalisation en PE traditionnelle.

Un ordre de grandeur confirmé par les essais en boucle fermée menés depuis plus d'un an chez de grands exploitants. Oxybleu, en cours de certification à la marque NF 114, se décline en deux gammes : une gamme de tube en PE 80 pour la partie branchements qui permet de conserver la flexibilité liée au matériau, et une gamme de canalisation en PE 100 RC pour tout ce qui relève de la distribution. « La particularité de ce PE 100, c'est qu'il est aussi « RC », c'est à dire résistant au poinçonnement ce qui permet de poser cette canalisation sans enrobage de sable », souligne Marc Palomares. « Cette nouvelle gamme répond donc à deux problématiques distinctes : la première en apportant un coefficient de sécurité supplémentaire lors de la pose grâce aux caractéristiques RC, et la seconde en apportant une réponse sécurisée aux problèmes d'oxydation liés aux conditions d'exploitation particulières de certains réseaux ». 

 

Vincent Johanet

Ryb