Your browser does not support JavaScript!

KSB vient de commercialiser sa pompe Amarex KRT F-max. Fabriquée à Lille, cette pompe submersible associe les avantages d'une roue vortex avec une structure innovante réputée imbouchable et d'un nouveau moteur très haut rendement, équivalent IE3.

« Les attentes des exploitants de pompes submersibles pour l'assainissement tiennent de la quadrature du cercle, » souligne Michael Lebkücher, Responsable Product Management Groupe KSB ? Pompes pour le transport de liquides chargés. « D?une part, la sécurité de fonctionnement vient à la première place de leurs préoccupations, et l'on pense en premier lieu au non-colmatage des roues. D?autre part, les règlementations européennes présentes et à venir vont dans le sens d'une efficacité énergétique toujours plus grande. » Pour répondre à ces exigences et même prévenir les évolutions des normes et des marchés, KSB a retravaillé les hydrauliques et les moteurs de ses pompes. Des hydrauliques et des moteurs optimisés Côté hydrauliques, ils ont amorcé le travail commencé par les roues Vortex « ouvertes », qui créent un effet du même nom, et qui laissent passer de manière plus fiable les déchets en suspension dans les eaux usées que les roues « fermées » monocanal ou multi-canal. Néanmoins, par rapport aux roues à canaux, les roues Vortex avaient jusqu'à présent des performances de consommations énergétiques moindres, ce qui n?est plus vrai dans le cas d'une utilisation à petits débits. Fort de son savoir-faire et de son expérience de plusieurs dizaines d'années dans le domaine des roues Vortex, le services Innovation Technologique de KSB a su surmonter cette problématique en développant une nouvelle génération de roue Vortex avec une structure « dissymétrique auto-équilibré », nommée F-max (F désigne la famille Vortex et max le haut niveau de rendement énergétique). La nouvelle pompe améliore non seulement le passage des corps mous et solides mais aussi ? et plus particulièrement ? minimise drastiquement les risques de colmatage au centre de la roue des corps fibreux, comme les lingettes, par exemple, dont l'utilisation a fortement augmenté ces dernières années. KSB a aussi beaucoup réduit la consommation énergétique des moteurs - de 15% à 30% selon les caractéristiques requises. « Son très haut rendement est équivalent à IE3 grâce à une amélioration des rotors en aluminium, des matériaux utilisés et des bobinages, » explique Philippe Rouvier, responsable fabrication KSB Lille, « produisant ainsi un meilleur coût global. Pour éviter toute confusion, KSB a choisi de considérer le rendement global pompe + moteur, car en définitive, pour le client, seuls les watts au compteur comptent ! » Au-delà des réductions de consommation énergétiques, la nouvelle pompe apporte également aux exploitants une plus grande sécurité de fonctionnement et un maintien des performances dans le temps. Par ailleurs, de par ses caractéristiques de construction, le KRT F-max bénéficie d'une maintenance simplifiée. Comme mentionnée, la roue F-max (brevet en cours) est une roue Vortex dite dissymétrique auto-équilibrée. « Son innovation consiste à répartir les aubages 3 par 3 en réalisant une symétrie centrale et non axiale, cela combiné à une forme centrale conique (6 aubages soit 3 consécutifs un passage libre puis les 3 autres), » explique Nicolas Petit, Product Manager. Ce design assure un large passage libre pour les corps mous et solides de différents calibres. En outre, le profil légèrement cintré de son moyeu élimine tout risque de colmatage au centre de la roue, notamment par les lingettes et filasses. Vers l'usine du futur La roue est fabriquée dans le centre de KSB Lille, qui exploite les nouvelles technologies connectées de l'« Industrie du futur » (ou Usine 4.0). « Notre usine est ainsi en mesure de produire sur commande et de livrer les KRT F-max dans les délais optimisés de 5 jours pour les roues standards et 4 semaines pour les roues sur mesure, » précise le Dr René Schild, Directeur de l'Usine. L?objectif de l'Industrie 4.0 (par ailleurs soutenue par le gouvernement depuis mai 2015) est de transformer le modèle industriel par le numérique. Il devrait jouer un rôle critique dans le programme de la Nouvelle France Industrielle (NFI) en modernisant les outils industriels par des technologies connectées dans les usines. KSB, pour sa part, met en place depuis plusieurs années déjà une organisation des moyens de production en usine dite « intelligente » (« smart factory »), capable de s'adapter vis-à-vis de ses clients. Les étapes clés ici sont : l'informatisation intégrée de la commande à la livraison ; l'utilisation de la DNC (Direct Numerical Control) ; une transmission directe des programmes d'usinage à partir du service des méthodes via un serveur ; la création des programmes d'usinage en FAO (Fabrication Assistée par Ordinateur) ; et une production sans papier (les commandes clients sont affichées sur écrans tactiles aux postes de montage, par exemple). Le site de Lille, qui produit environ 50.000 pompes par an dont 80 % destinées à l'exportation, regroupe les métiers d'Innovation Technologique (R&D) et Fabrication et de Support technico-commercial au service des clients. La production est faite en Lean Manufacturing, pour optimiser davantage les délais et la qualité de production. Bel Dumé