Your browser does not support JavaScript!

Les entreprises publiques locales de l'eau dont le capital est majoritairement détenu par les collectivités territoriales ont créé le 21 novembre dernier à l'occasion du Salon des maires une association. Objectif : promouvoir une gestion publique du service de l'eau.

Après l'adoption en 2004 d'une charte du service public de l'eau, les entreprises publiques locales gestionnaires d'eau viennent de se regrouper en association. En créant Arpege, l'association des entreprises publiques locales de l'eau, elles mettent en avant une éthique du service public basée sur la satisfaction des usagers et sur un respect scrupuleux de l'intérêt général. « Cette association va nous permettre de devenir un interlocuteur reconnu des pouvoirs publics, de peser sur les débats et de représenter une vraie alternative dans le choix des collectivités » souligne son Président, Michel Bacconnier, Maire de Saint-Quentin-Fallavier et Président de la Semidao, Sem d'eau de la ville nouvelle de l'Isle d'Abeau. Ouverte aux Sem comme aux régies, l'Association des entreprises publiques locales de l'eau a pour principale ambition de représenter les intérêts de ses membres devant les pouvoirs publics et les organisations professionnelles, d'assurer des missions de formation, d'assistance technique ou d'expertise professionnelle et d'entreprendre toute action favorisant l'activité de ses adhérents dans le respect des valeurs fondamentales qu'ils partagent. 23 Sem interviennent actuellement dans le domaine de la gestion de l'eau et de l'assainissement en France. Elles constituent une solution de gestion originale indépendante des grands groupes privés et partagent, selon Michel Bacconnier, « une même éthique de gestion des services publics au bénéfice des collectivités territoriales et des consommateurs ». Cette éthique est fondée sur plusieurs principes parmi lesquels une gestion raisonnée de l'eau garante des exigences du développement durable, un prix de l'eau qui ne doit couvrir que le financement du service, une attention particulière portée à l'accès au service de l'eau des populations les plus vulnérables, une préservation et une mise en valeur du patrimoine des collectivités locales concédantes et un engagement de transparence envers les collectivités et les usagers. L?association ne regroupe pour l'instant qu'une dizaine de sociétés d'économies mixtes parmi lesquelles Eau de paris, Société du canal de Provence, Colmarienne des eaux ou la Semen sur les 23 dont les activités sont spécifiquement dédiées à l'eau. Mais elle attend rapidement de nouvelles adhésions : « Nous partageons la même éthique et la même ambition, celle de promouvoir une véritable gestion transparente de l'eau au bénéfice des collectivités » souligne Michel Bacconnier. « Une gestion publique de l'eau qui permette de centrer les activités sur l'usager et non pas sur le résultat net d'une entreprise » renchérit Jean Michel, député du Puy-de-Dôme, représentant de la Fédération des sociétés d'économie mixte au sein d'Arpege et Président de la Semerap, Sem d'eau du Puy de Dôme. Pour l'heure, ce collectif d'élus et d'experts travaille à la préparation des 1ères Rencontres européennes de la gestion publique de l'eau qui doit se tenir le 25 janvier 2007 à Paris. Avec pour objectif « une reconquête de la gestion publique de l'eau au bénéfice des collectivités et des consommateurs » résume Jean Michel. http://www.fedsem.fr