Your browser does not support JavaScript!

30 decembre 1998 Paru dans N°217 - à la page 54

Le nouveau séchoir Dry Rex fonctionne à des températures basses ou ambiantes. Il a été testé dans plus de 20 papeteries au Canada et aux Etats-Unis ainsi que dans d'autres industries. La plupart des types de boues d'effluents et de mélange de boues dont la boue biologique, ont été testées à des siccités aussi faibles que 12,6%. Des boues de fibres désencrées provenant des procédés de désencrage de vieux papiers ont été séchées jusqu'à 92% de matières sèches et transformées en amendement de sol en y ajoutant simultanément des éléments nutritifs nécessaires. Des produits fibreux, tel que de la boue primaire et de la tourbe ont été séchés et transformés en combustible à haute valeur calorifique et autres produits valorisables. De la pâte à papier blanchie thermo-chimiquement a été séchée juqu'à 90% de matières sèches sans en altérer la blancheur de façon détectable. Des copeaux de bois saturés d'eau ont été séchés facilement jusqu'à 75% de matières sèches. L?écorce peut être séchée seule ainsi que mélangée avec de la biomasse ou des boues humides. Des essais de séchage à des températures aussi faibles que 5°C ainsi qu'à des pourcentages d'humidité relative dans l'air ambiant atteignant le point de saturation ont été couronnés de succès. Le séchoir peut être utilisé dour fonctionner à des températures plus élevées qu'ambiantes, en utilisant une source de chaleur externe. Ce procédé n?utilise que 50 à 150 kWh/tonne d'eau évaporée lorsque de la chaleur peut être récupérée d'un effluent industriel par exemple. La température de l'air utilisé est alors augmentée en récupérant de la chaleur pedue par différentes sources.