Your browser does not support JavaScript!

30 avril 1996 Paru dans N°191 - à la page 40

Cet article présente un nouveau concept de puits qui constitue une alternative en ce qui concerne les matériaux aux problèmes de corrosion, de nature chimique, microbiologique et galvanique, qui affectent l'intégrité et la durée de vie des puits d'alimentation en eaux souterraines. La construction de l'ouvrage associe des tubages acier cimentés et des colonnes de production en matériaux composites, l'annulaire étant maintenu libre. Les tubages acier assurent une fonction mécanique de soutènement et les colonnes composites une protection chimique contre la corrosion ainsi que contre les dépôts et entartrages. L'espace annulaire libre peut être exploité aux fins de circulation d'agents inhibiteurs de corrosion/dépôts voire de bactéricides, au lieu et place d'une injection via une ligne d'inhibition chimique en fonds de puits, et de relevage de la colonne composite (et de la compétition sous-jacente) et de son remplacement en cas d'endommagement caractérisé, évitant ainsi le reforage d'un nouveau puits. Le forage et la complétion de ce puits nouvelle génération ont été réalisés avec succès, à une profondeur de 2 000 m, sur le site géothermique de Melun l'Almont, à 50 km au sud de l'agglomération parisienne, au mois de mars 1995. Il produit depuis cette date une eau fortement corrosive, à une température voisine de 70° C, au débit artésien de 200 m3/h, alimentant un réseau de chaleur géothermale desservant un parc de 3 000 logements.