Your browser does not support JavaScript!

26 février 2010 Paru dans N°329 - à la page 67

L?ozone, oxydant puissant, est depuis longtemps utilisé en production d'eau potable, pour le traitement des eaux souterraines et des eaux de surface. Il est appliqué, en pré-traitement pour améliorer les performances de la clarification, et/ou en affinage pour agir sur l'inactivation de micro-organismes, l'oxydation des matières organiques d'origine naturelle ou humaine et ainsi contribuer à produire une eau traitée de haute qualité et de grande stabilité au sein du réseau. Une des limites d'application de l'ozonation est la formation associée de sous produits. L?oxydation des bromures contenus dans les eaux brutes conduit notamment à la formation de bromates, reconnus comme cancérogènes pour l'homme. La limite de qualité de ce paramètre pour l'eau potable est passée de 25 à 10 μg/l depuis décembre 2008. Cette évolution réglementaire a conduit les traiteurs d'eau à revisiter les consignes d'exploitation de l'ozonation en place sur de nombreuses filières. Par ailleurs les avancées technologiques et innovations récentes concernant l'ozonation (générateur, modes d'injection, contacteur, destructeur) ont permis de mettre à disposition des systèmes performants moins consommateurs d'énergie adaptés à la réhabilitation des ouvrages ou la conception de nouvelles stations. Le développement d'un outil de simulation de l'ozonation (Ozonor-bromates) et formation de bromates associés a permis d'optimiser la mise en oeuvre de l'ozone, en renforçant la fiabilité de ce procédé tout en maîtrisant les risques associés. L?ozonation, ainsi optimisée selon une méthodologie proposée, reste un outil majeur pour le producteur d'eau potable. Il peut être appliqué seul ou combiné à une désinfection par rayonnements UV, selon la qualité de la ressource, la filière en place et les objectifs de traitement.