Your browser does not support JavaScript!

Les polymères synthétiques : qu'en est-il du résiduel de monomère d'acrylamide dans le traitement de l'eau potable?

30 decembre 2010 Paru dans N°337 - à la page 53 ( mots)

La circulaire du ministère de la santé du 28 mars 2000 relative aux produits et procédés de traitement des eaux destinées à la consommation humaine fixait la teneur en monomère des polymères anioniques à 500 ppm (0,5 mg/g), revue ensuite à 200 ppm (0,2 mg/g) dans la norme NF EN 407, tout en maintenant la teneur maximale en monomère dans l'eau destinée à la consommation humaine égale à 0,1 ?g/L. Cela impliquait que dans un premier temps, la dose maximale en polymère admissible dans une filière de traitement devait être de 0,2 mg/L puis dans un deuxième temps pouvait s'élever à 0,5 mg/L si on respecte la norme NF EN 407. Cette mise à jour des teneurs en polymères vient des exigences que se sont assignés les fabricants afin de réduire au mieux la teneur en monomères. De ce fait, les doses en polymères admises dans une filière de traitement pourraient être plus élevées que 0,5 mg/L si la teneur en monomères est fortement réduite. Cet article présente les résultats de diverses usines en fonctionnement et montre que le résiduel en monomères acrylamide (< 0,1 ?g/L) est d'autant plus faible que la teneur en monomère du polymère utilisé est réduite.

Cet article est réservé aux abonnés, pour lire l'article en entier abonnez vous ou achetez le
Acheter cet article Voir les abonnements