Your browser does not support JavaScript!

28 février 2009 Paru dans N°319 - à la page 63

Les préoccupations concernant l'exposition aux substances chimiques dans l'environnement sont assez récentes. La prise de conscience de l'impact de composés chimiques actifs sur le système hormonal, dits «perturbateurs endocriniens », souvent qualifiés de micropolluants émergents a conduit à un développement accru des recherches dans ce domaine. Pour la plupart d'entre eux, il n?existe pas de données de toxicité et il est difficile de prédire leur devenir dans l'environnement aquatique. Ce sont les résultats concernant la productivité des écosystèmes et des anomalies de la reproduction dans des populations de mollusques et de poissons qui ont soulevé le problème de toxicité et de perturbations possibles des régulations endocrines à moyen et long termes. Par ailleurs, il ressort des études une présence évidente de ces produits dans les milieux aquatiques, notamment au sein des stations de traitement des eaux usées. Même si aucune réglementation spécifique relative aux perturbateurs endocriniens n?existe à ce jour, la mise en place de méthodes d'analyses comme outils de diagnostic, adaptées aux eaux résiduaires urbaines et industrielles est un véritable défi pour les laboratoires environnementaux.