Your browser does not support JavaScript!

30 octobre 2006 Paru dans N°295 - à la page 77

Une odeur est un mélange complexe hyperdilué de molécules organiques ou minérales. On y retrouve des composés soufrés (hydrogène sulfuré, mercaptans, sulfures'), des produits azotés (ammoniac, amines') ou encore des molécules oxygénées (acides gras organiques, alcools, aldéhydes, cétones, esters'). Les concentrations trouvées sont au maximum de quelques ppm et généralement sont proches de quelques ppb voire ppt pour certains produits. Ces spécificités amènent à proposer des procédés de traitement particuliers basés sur les propriétés physico-chimiques des composés odorants à éliminer. Ainsi, un produit soluble pourra être transféré dans une solution de lavage, un composé acide ou basique sera éliminé respectivement par une base ou un acide, une molécule adsorbable par un charbon actif ou biodégradable par des micro-organismes. En outre, la faible concentration des polluants amène à définir des dimensionnements et des conditions opératoires spécifiques à ce problème. La notion de coût d'investissement de traitement est primordiale en environnement. Il convient donc d'imaginer et de proposer des procédés rustiques dans leur conception et leur fonctionnement. Dans cet article seront présentés les procédés les plus couramment mis en ?uvre pour abattre les nuisances olfactives. Une approche identique sera proposée intégrant le principe de fonctionnement, la mise en ?uvre, quelques données de dimensionnement et des exemples d'applications. Enfin, quelques éléments de choix d'un procédé de traitement seront donnés incluant des critères objectifs et plus subjectifs ainsi que les notions de coûts relatifs.