Your browser does not support JavaScript!

30 novembre 2012 Paru dans N°356 - à la page 113

Les sels de perchlorate sont utilisés dans de nombreuses applications industrielles pyrotechniques ; ils peuvent donc se retrouver dans l'environnement dans des zones où ce type d'activité est ou a été exercée. En 2011, des campagnes de mesure ont détecté la présence de perchlorates sur environ ¼ des sources alimentant la Communauté Urbaine de Bordeaux avec des concentrations de l'ordre de 30 à 40 µg/l ; quelques mois plus tard, les perchlorates étaient détectés sur le champ de captant de plusieurs ressources d'eau potable de la Communauté Urbaine de Lille (teneur de l'ordre de 20 à 30 µg/l) [1]. Sur la base des avis de l'Anses des 18 juillet 2011 et 20 juillet 2012, la DGS a demandé, par principe de précaution, que des restrictions de consommation soient prononcées : - plus de 4 µg/L de perchlorates dans l'eau : ne pas préparer de biberons pour les nourrissons de moins de 6 mois, - plus de 15 µg/L de perchlorates dans l'eau : ne pas consommer d'eau du robinet pour les femmes enceintes et allaitantes [2]. Dans ce contexte, Lyonnaise des Eaux a sollicité le CIRSEE (Centre International de Recherche sur l'Eau et l'Environnement) pour qualifier les procédés efficaces pour l'élimination des perchlorates en eau potable, valider la faisabilité de ces procédés sélectionnés à l'échelle pilote, puis optimiser leur mise en œuvre. Une revue bibliographique et des essais de traitabilité en laboratoire nous permettant de sélectionner 2 voies de traitement efficaces pour l'élimination des perchlorates la filtration sur résine échangeuse d'ions et la nanofiltration. Ces procédés disposent déjà de nombreuses références industrielles aux Etats Unis mais ne sont pas agréés en France. Des unités pilotes ont été mises en oeuvre plusieurs sites de production en France pour définir les performances de ces deux procédés et qualifier la meilleure membrane et la meilleure résine. Cet article fait le point sur les principaux résultats de ces essais pilote. Les traitements biologiques au sein de bioréacteurs à lit fluidisé constituent la 3ème voie d'élimination des perchlorates. Des investigations complémentaires sont nécessaires pour adapter ce procédé - actuellement utilisé pour la dépollution des sols notamment aux Etats Unis- au traitement des eaux potables.