Your browser does not support JavaScript!

30 mars 1996 Paru dans N°190 - à la page 45

L'agglomération de Rabat rejette 257 000 t par an de déchets urbains dont 187 000 t vont dans la décharge d'Akrach, actuellement saturée. Il s'agit d'une ancienne carrière de calcaire dans la géométrie se rapproche d'un puits, de section rectangulaire. Comme elle se situe à proximité de la partie amont de l'oued Bou Reggreg, qui longe ensuite Rabat, s'est posé le problème de son rejet liquide. Une reconnaissance a montré qu'une faible quantité du rejet s'évacue superficiellement vers l'oued. Aussi, l'étude a porté sur une modélisation de la circulation souterraine de ce dernier. Le modèle le plus probable déduit des études chimiques, mathématiques et géologiques est le passage au travers d'un réseau faillé qui l'amène à apparaître dans une vallée voisine au niveau de la résurgence d'une nappe souterraine.