Your browser does not support JavaScript!

30 avril 1997 Paru dans N°201 - à la page 43

L'autosurveillance des rejets industriels se développe de plus en plus grâce au soutien des partenaires publics, agences de l'eau et DRIRE notamment. A la fois facteur de transparence et indicateur de qualité de gestion, l'autosurveillance est assez largement appliquée pour la maîtrise des pollutions chroniques mais plus difficilement pour la gestion anticipée des pollutions accidentelles. L'expérience de l'usine des parfums Christian Dior est un exemple de maîtrise en continu de la qualité des eaux pluviales rejetées en milieu naturel. L'usine contrôle en permanence ses rejets d'eaux pluviales par un dispositif d'alerte et d'analyse qualité. La situation, flottante et autonome, est installée en bassin de retenue et permet de surveiller les paramètres essentiels de la qualité de l'eau. En cas de pollution accidentelle, la station active des pompes de relevage et stoppe les rejets en rivière.