Your browser does not support JavaScript!

30 janvier 2002 Paru dans N°248 - à la page 58

En 1017 de l'ère chrétienne, Mohamad al Karagi, le plus renommé des "Hydronomes" perses recensait toutes les connaissances hydrogéologiques de son époque dans un "Traité de l'exploitation des eaux souterraines" qu'un chercheur contemporain a traduit sous le titre de "La civilisation des eaux cachées". Ce savant perse n?avait cependant pas su résoudre un paradoxe qui entache son ?uvre: Il avait su démontrer scientifiquement que l'eau salée était plus dense que l'eau douce, ce qui ne l'empêchait pas d'écrire dans un autre chapitre de son traité que le fond du golfe persique était un lac d'eau douce.