Your browser does not support JavaScript!

30 septembre 1998 Paru dans N°214 - à la page 54

Les effluents de l'industrie Marocaine de textile sont évacués, sans traitement, dans le milieu récepteur et génèrent d'énormes nuisances pour l'environnement. Dans cet article, nous présentons l'étude d'essais d'épuration des eaux usées de textile de la Société de Confection Industrielle Marocaine "SCIM" d'El Jadida. Les résultats d'analyses physico-chimiques de ces eaux montrent qu'elles présentent des teneurs moyennes en matières organiques (DCO = 3 500 mg/l, DBO5 = 530 mg/l) et en suspension (MES = 1 300 mg/l) avec un rapport DCO/DBO5 qui atteint parfois 6,8. Le rejet de ces eaux usées brutes engendre des nuisances pour l'environnement. Les résultats de traitement par coagulation - floculation de ces rejets, en utilisant le chlorure ferrique, le sulfate d'aluminium et la chaux, montrent que les trois coagulants entraînent une élimination importante de la matière organique mais la chaux reste le coagulant le mieux indiqué car il donne un effluent très clair, des teneurs en matières organiques respectant le cahier de charge de l'usine (DCO/DBO5 < 3) et entraîne aussi une bonne élimination des odeurs. L'utilisation de grandes quantités de fer et d'aluminium dans le traitement de ces eaux (2,1 g et 1,7 g pour traiter un litre d'échantillon respectivement par le fer et l'aluminium) pose un problème important de coût et de gestion des boues, qui en résultent, riches en métaux lourds.