Your browser does not support JavaScript!

28 février 2014 Paru dans N°369 - à la page 47

Le couplage de la géostatistique et des mesures sur site offre la perspective de pouvoir quantifier les incertitudes liées à l'estimation des teneurs en polluants et de la diminuer par l'ajout d'informations complémentaires via ces mesures sur site. Cette étude a pour but d'évaluer lors du diagnostic d'un site contaminé, une démarche de couplage entre deux types de mesures sur site (PID, Kit colorimétrique) et l'outil géostatistique. L?étude a été conduite sur un site industriel concerné par une importante contamination des sols en hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). Des mesures PID au sachet ont été effectuées sur l'ensemble des échantillons car cette méthode permet une analyse plus cohérente et semi-quantitative des composés volatils. Ces données ont été intégrées au modèle géostatistique via un cokrigeage. De plus, là où les données laboratoires sont inconnues, des analyses colorimétriques ont été effectuées. Plus précise et fortement corrélée aux analyses laboratoires, cette variable a été discrétisée en 4 classes puis intégrée à la variable principale après une transformation par régression linéaire. La comparaison entre les deux modèles géostatistiques, avec et sans variables auxiliaires, a montré que l'ajout des variables auxiliaires améliorait nettement le modèle de variogramme et réduisait en conséquence l'incertitude des estimations de teneur. Grâce au couplage de la géostatistique et des mesures sur site, une meilleure connaissance du phénomène dans les sols et donc une meilleure prise de décisions pour les futurs travaux de décontamination ont été possibles.