Your browser does not support JavaScript!

29 septembre 2000 Paru dans N°234 - à la page 61

Des sédiments superficiels côtiers prélevés à proximité des rejets d'eaux usées (industrielles et domestiques) de la zone la plus industrialisée du littoral Atlantique Marocain (Mohammedia-Casablanca-El Jadida) ont été analysés afin de déterminer l'impact de la pollution urbaine et industrielle sur cette zone du littoral par comparaison des taux de matière organique extractible, d'hydrocarbures saturés et aromatiques. La zone choisie connaît une forte activité portuaire et industrielle. Nous avons procédé selon une approche géochimique très utilisée pour déterminer la pollution dans le bassin méditerranéen. Cette méthodologie s'articule sur l'interprétation de plusieurs paramètres expérimentaux tels que les CPI (carbon predominance index), les rapports n-C17/Pr, n-C18/Ph et n-C17/n-C29. Les résultats de l'étude qualitative et quantitative (CPI > 1) des fractions saturées ont montré que les hydrocarbures d'origine pétrolière sont généralement prédominants, mais dans certains cas la présence d'hydrocarbures d'origine naturelle n?est pas négligeable (n-C17/Pr et n-C18/Ph > 2). Les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) détectés dans les échantillons de sédiments confirment l'origine pétrolière avec possibilité toutefois d'une contamination pyrolytique dans certaines stations. Les analyses sont réalisées par chromatographie gazeuse capillaire (CG/DIF) et par couplage chromatographie gazeuse - spectrométrie de masse (CG/SM).