Your browser does not support JavaScript!

30 novembre 2015 Paru dans N°386 - à la page 83

Il concerne de l'ordre de 12 millions de personnes en France et sans doute plus de 100 millions en Europe, il représente de l'ordre de 5 millions d'installations individuelles en France et vise prés de 50 millions d'habitations en Europe, l'ANC ne peut être un détail de l'aménagement de nos territoires. Pourtant, l'ANC est freiné dans son développement en Europe, sans doute par le fait que, confusément, il est considéré tant par les politiques et les citoyens qui les ont mis en place comme un « sous assainissement » non indispensable à la protection réelle de l'environnement. Cet ANC est aussi le théâtre de poussées lobbyistes qui retardent l'émergence de solutions pragmatiques et efficaces. Enfin l'ANC en Europe subit plus d'actions nationales de protectionnisme qu'il ne bénéficie d'actions professionnelles pour la mise en place de normes permettant son développement dans un objectif de performances pérennes, transparentes et efficaces pour l'environnement qu'il a mission de protéger. Cet article essaie de faire le point sur la réalité de cette situation de l'ANC et propose des pistes pour tenter de sortir du carcan dans lequel réglementations et normalisation paraissent l'avoir enfermé.