Your browser does not support JavaScript!

Jérôme Bignon, Président du Conservatoire du littoral et de Rivages de France et Jean-Pierre Frémont, Directeur général adjoint de Veolia Environnement en charge des collectivités locales ont signé à l'occasion du Salon des maires une convention pour trois ans en faveur de la protection et de la valorisation des zones humides du Conservatoire du littoral.

On le sait depuis longtemps : les zones humides remplissent un grand nombre de fonctions écologiques : régulation et autoépuration des eaux, protection contre les inondations, production biologique, accueil d'espèces à haute valeur patrimoniale (avifaune migratrice), etc. Mais du fait de pressions anthropiques croissantes, ces zones peuvent être mises en danger : (assèchement, intrusions d'eaux salines pour les zones humides d'eau douce en bordure littorale, ? Le partenariat conclu vise à mettre en ?uvre des projets locaux centrés sur des zones humides identifiées appartenant au domaine du Conservatoire du littoral avec deux axes prioritaires : - le développement d'actions de recherche, de mesure, d'analyse, de conduite de projets ou de travaux pilotes pour aider à la définition de méthodes de qualification des zones humides concernées en termes de services rendus (protocoles de suivi, grilles de qualification, indicateurs spécifiques'). - la réhabilitation de l'image des zones humides par la conception de produits pédagogiques de sensibilisation à destination des collectivités locales et des acteurs de l'aménagement du territoire. Depuis quelques dizaines d'années, la prise en considération des zones humides a lentement progressé. Récemment, le Grenelle de l'environnement a retenu une proposition d'intervention foncière pour 20 000 ha de zones humides et le ministère de l'Ecologie a présenté en 2010 un plan triennal d'actions en faveur des zones humides françaises. Ce plan fait le constat que les évolutions favorables se heurtent à la fois à une connaissance insuffisante du fonctionnement écologique des zones humides et à une image persistante de milieux hostiles pour une part importante de la population.