Your browser does not support JavaScript!

La WssTP est un consortium comprenant déjà une quarantaine de membres et qui s'apprête à faire à la fin de l'année ses premières recommandations sur six thèmes liés à la gestion durable de l'eau.

Dans ses supports de communication, la WssTP (Water supply and sanitation technology platform) invite les chercheurs à la rejoindre. Pour l'heure, cette plateforme comprend quelque quatre cents chercheurs européens (une cinquantaine de Français) travaillant dans le domaine de l'eau. Mais seule une quarantaine en sont des membres à part entière. Basée à Bruxelles, la WssTP a officiellement vu le jour en 2007 dans la droite ligne du volet « eau » de l'agenda de Lisbonne lancé en 2000. Sa principale mission : mettre en place une stratégie de recherche en technologies innovantes dans le secteur de l'eau en Europe. La plateforme favorise la collaboration entre différents acteurs du secteur de l'eau : chercheurs, industriels (en France Veolia et Suez Environnement), politiques, usagers. Considérée comme la référence européenne en matière de recherche dans le domaine de l'eau, la WssTP a du pain sur la planche. Car même si l'accès à l'eau potable est effectif pour la très grande majorité des Européens, il existe sur le vieux continent quelques situations de tension sur la ressource dues principalement à l'urbanisation. De plus « un grand nombre de zones rurales et sous-développées en Europe et hors de l'Europe manquent d'infrastructures adéquates sur l'eau », constatent les experts de la WssTP. Pour faire face à ces défis, la plateforme a défini six programmes d'action parmi lesquels figurent l'atténuation des tensions liées à l'eau dans les zones côtières, la gestion durable de l'eau à l'intérieur et autour des grandes zones urbaines, la gestion durable de l'eau dans l'agriculture et dans l'industrie. Relativement à ce dernier volet, la plateforme a contribué à l'élaboration du projet dénommé Aquafi4U qui a permis de réaliser des économies d'eau dans le secteur industriel par recyclage et réutilisation. Les premières recommandations de la plateforme à l'Union européenne sont attendues pour fin 2009.