Your browser does not support JavaScript!

Le rapport annuel sur la qualité des eaux de baignade présenté par la Commission européenne et l'Agence européenne pour l'environnement montre que 96 % des zones de baignade côtières et 90 % des sites de baignade dans les lacs et les rivières étaient conformes aux normes minimales en 2009.

Sur les 20 000 zones de baignade contrôlées en 2009 dans l'Union européenne, deux tiers étaient situées sur le littoral, les autres faisant partie de lacs et de rivières. Pour les sites côtiers, le taux de conformité avec les valeurs contraignantes (exigences minimales de qualité) s'est amélioré, passant de 80 % en 1990, à 96 % en 2009. Cette amélioration est encore plus marquée en ce qui concerne les eaux intérieures, pour lesquelles ce taux a grimpé de 52 % à 90 %. Entre 2008 et 2009, le nombre de zones de baignade conformes aux normes minimales a légèrement diminué, cette réduction étant inférieure à un point pour les sites côtiers et à trois points pour les eaux de baignade intérieures. Au cours de la même période, le taux de conformité avec les «valeurs guides», plus strictes, a augmenté d'un peu moins d'un point pour les sites côtiers, atteignant 89 %, mais il a baissé d'un peu moins de 3 points en ce qui concerne les eaux intérieures, tombant à 71 %. Ces fluctuations annuelles du taux de conformité ne sont pas inhabituelles par rapport aux années précédentes. Presque tous les sites de baignade de Chypre, de France, de Grèce et du Portugal respectaient les valeurs guides, plus strictes. Seuls 2 % des sites de baignade côtiers de l'Union européenne ont fait l'objet d'une interdiction en 2009, la plupart en Italie. Si la qualité des eaux des sites baignade intérieurs était plus variable, la grande majorité de ces sites étaient également conformes aux valeurs guides en Allemagne, en Finlande, en France et en Suède. La France, qui représente environ 15 % des eaux de baignade de l'Union européenne avec 3.348 sites, enregistre de bons résultats avec 95,7% des baignades répondant aux normes. Reste que, en pleine saison, 129 sites ne remplissaient pas ces critères en 2009. La nouvelle directive sur les eaux de baignade entrée en vigueur en 2006 a modifié les paramètres et les dispositions concernant les modalités de surveillance des eaux de baignades en mettant davantage l'accent sur l'information du public. Les États membres ont jusqu'à 2015 pour mettre en ?uvre la directive dans son intégralité, mais quatorze d'entre eux (l'Allemagne, Chypre, le Danemark, l'Espagne, l'Estonie, la Finlande, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, Malte, les Pays Bas, la Slovaquie et la Suède) ont d'ores et déjà appliqué les dispositions de celle-ci dans le cadre des contrôles qu'ils ont effectués au cours de la saison balnéaire 2009. Pour Janez Poto?nik, membre de la Commission chargé de l'environnement, « En dépit des excellents résultats obtenus ces dernières décennies, nous devons poursuivre nos efforts si nous voulons conserver, voire améliorer, ce niveau de qualité des eaux.» A noter que pour informer les vacanciers en temps réel, l'Agence européenne de l'environnement a mis en place une page internet cartographiant la totalité des zones de baignade en Europe accessibles à l'adresse : http://www.eea.europa.eu/themes/water/interactive/myRBD