Your browser does not support JavaScript!

Actualités France

Un Forum pour éveiller les consciences

28 février 2006 Paru dans N°289 ( mots)
Un Forum pour éveiller les consciences Le 4ème Forum mondial de l'eau se tiendra à Mexico du 16 au 22 mars 2006. Après les Forums de Marrakech en 1997, de La Haye en 2000 et de Kyoto en 2003, la communauté internationale de l'eau s'apprête donc à se rassembler pour dresser un état des lieux et évaluer les progrès réalisés sur les Objectifs du Millénaire pour le développement liés à l'eau. A la suite de la conférence de Mar Del Plata en 1978 qui avait abouti au lancement de la décennie internationale de l'eau potable et de l'assainissement, on avait pu croire que la gestion de l'eau était devenue une préoccupation majeure de la communauté internationale. La Conférence de Dublin sur l'eau et l'environnement et le Sommet de Rio en 1992 avaient souligné que l'eau ne pouvait être seulement considérée comme un bien économique comme un autre, mais aussi comme un bien naturel, culturel et social. Dans la foulée, de nombreuses conférences s'étaient succédées pour sensibiliser les décideurs et promouvoir des solutions en faveur d'une gestion durable de l'eau. En 2002, le sommet de Johannesburg avait fixé comme objectif la réduction de moitié d'ici 2015 de la population n?ayant pas accès à l'eau potable, un objectif étendu par la suite à l'assainissement. Malheureusement, ce sommet avait totalement occulté la question des moyens, créant un décalage considérable entre les objectifs fixés et les moyens déployés pour les atteindre. Du coup, les progrès enregistrés s'avèrent inégaux. Si, globalement, la situation s'améliore dans le domaine de l'eau potable - la proportion des populations du monde en développement qui ont accès à l'eau potable est passée de 71 % en 1990 à 79 % en 2002 - il n?en va pas de même dans le domaine de l'assainissement : si la tendance actuelle se poursuivait, près de 2,4 milliards d'êtres humains ne disposeraient pas d'un assainissement de base en 2015, c'est-à-dire presque autant qu'aujourd'hui. Dans ce contexte, que faut-il attendre du 4ème Forum mondial de l'eau ? Rappelons d'abord que ce rendez-vous est avant toute chose un lieu de débats, une occasion de confronter des idées et non à proprement parler un lieu de décision. Il ne faut donc pas en attendre plus que ce que pourquoi il a été créé. Notons ensuite que le Forum s'appuiera pour la première fois sur l'action locale pour tenter de promouvoir une meilleure gestion de l'eau dans le monde. Une orientation intéressante alors même que la 2ème édition du Rapport mondial des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau qui sera rendu public à Mexico révèle que ce sont les problèmes de gouvernance, la corruption et la lenteur des réformes qui sont à l'origine de la crise de l'eau dans le monde. En tout état de cause, si ce Forum permet de contribuer à éveiller les consciences et à faire comprendre aux décideurs et au grand public que l'eau est LE grand sujet de notre siècle, il aura été utile. S?il nous permet de prendre conscience que tous les moyens nécessaires doivent être mis en ?uvre pour éviter que les tensions sanitaires, sociales, économiques, politiques et même militaires que nous connaissons aujourd'hui ne soient à l'origine des ruptures de demain, alors il aura été salutaire.