Your browser does not support JavaScript!

Spécialisée depuis plus de 30 ans dans la conception, la fabrication et le montage d'équipements hydromécaniques destinés aux réseaux et aux ouvrages d'assainissement et d'eaux pluviales, UFT France, basée à Rosheim en Alsace, ace a spécialement développé un équipement pouvant répondre à la problématique des déversoirs et des bassins d'orage : le système siphoïdal pour déversoirs UFT FluidDrop?.

Les déversoirs et bassins d'orage des réseaux unitaires ainsi que les bassins de rétention d'eau pluviale des réseaux séparatifs sont équipés de seuils par lesquels de grandes quantités d'eau et de charges polluantes sont déversées dans le milieu naturel. Des corps flottants sont souvent charriés lors ces déversements. Jonchant les berges, ils nous offrent un spectacle désagréable. Des parois plongeantes sont utilisées pour permettre la rétention de ces flottants dans le bassin ou le déversoir d'orage et respecter ainsi les exigences liées à la directive cadre sur l'eau et à la norme EN 752. Il est fréquent qu'un ouvrage existant nécessite d'être rééquipé avec une paroi siphoïde. Malheureusement, il n?est pas rare que le manque de place pose un problème d'implantation. Un problème récurrent est que la disposition des canalisations de départ ou d'arrivée par rapport au seuil, impose la mise en place de la paroi plongeante dans le flux entrant ou sortant. La conséquence est qu'une partie des flottants passe derrière la paroi siphoïde et ne peut donc pas être retenue. Spécialisée depuis plus de 3 décennies dans la conception, la fabrication et le montage d'équipements hydromécaniques destinés aux réseaux et aux ouvrages d'assainissement et d'eaux pluviales, UFT France a développé un nouvel équipement susceptible de répondre à cette problématique : le système siphoïdal pour déversoirs UFT FluidDrop. Après plusieurs années d'observation, de calculs et d'analyse de prototypes sur banc d'essais, le centre d'études et de développement d'UFT France a donné naissance à un nouveau type de paroi siphoïde répondant aux deux principales problématiques posées à savoir la difficulté d'implantation et le comportement hydraulique. Difficulté d'implantation : créer une crête de seuil Il est fréquent, surtout lorsqu'il s'agit de rééquiper des ouvrages existants, d'avoir le seuil de déversement directement dans le prolongement latéral de la canalisation de départ ou d'arrivée (figure 1). Dans cette configuration une paroi siphoïde s'avèrerait inefficace puisqu'une partie du flux passerait directement entre elle et le seuil, entrainant ainsi une partie des flottants. La solution développée par UFT France consiste à créer une crête de seuil en tôle inoxydable de façon à déplacer l'arrête de déversement vers l'arrière pour les seuils de faible hauteur (figure 2), ou d'avancer la tôle déflectrice sous la paroi plongeante lorsque le sommet de la canalisation se trouve plus bas que le niveau de déversement (figure 3). Comportement hydraulique : réduire la vitesse d'entrée et l'effet d'aspiration L?écoulement de l'eau lors d'un déversement entre la paroi plongeante et le seuil modifie le comportement hydraulique du déversoir tel qu'il est par exemple modélisé par la formule de Poleni. C?est la raison pour laquelle la paroi plongeante ne doit pas être disposée trop près du seuil de déversement sans quoi le niveau d'eau en amont de la paroi serait plus élevé. Pour cette raison, les recommandations de la DWA (fiche de travail A 111 /1/ et A 166 /2/) préconisent, pour des parois siphoïdes dont le comportement hydraulique n?a pas été mesuré, qu'il faut garantir un espacement horizontal (a) d'au moins le double de la hauteur de déversement et avec une cote minimum de a = 0.3 m et que la profondeur d'immersion t doit être comprise entre 1 à 2 fois la hauteur de déversement. Malheureusement, il n?est souvent pas possible de respecter ces cotes par manque de place. Le système siphoïdal pour déversoirs FluidDrop a été dimensionné et calibré dans notre laboratoire de recherche hydraulique. De cette façon nous disposons des courbes hydrauliques permettant de déterminer le débit Q par rapport à la hauteur de surverse hü. C?est pourquoi les cotes (a) et (t) peuvent varier par rapport à la directive A 111. Elles sont choisies par rapport au débit spécifique Qb. La forme de goutte d'eau de la partie inférieure de la paroi plongeante évite de forts gradients de vitesse et minimise ainsi, même avec une faible profondeur d'immersion (t), l'apparition de tourbillons (vortex) qui pourraient aspirer les flottants. La section d'entrée de l'écoulement entre la paroi plongeante et la tôle déflectrice est aussi grande que possible et largement arrondie. De ce fait, la vitesse d'entrée est réduite et l'effet d'aspiration (par exemple pour les sédiments transportés proches du radier) est réduit. Un système adaptable au neuf comme à la rénovation Bien que le système syphoïdal pour déversoir Fluiddrop soit souvent destiné à rééquiper les ouvrages existants il peut cependant être adapté à des ouvrages neufs. En raison de la particularité de chaque ouvrage (tant par leur configuration que par les données hydrauliques) chaque système nécessite un dimensionnement et un calibrage spécifique. Forte d'un réseau commercial national, UFT France est à même d'étudier l'implantation de ce système dans vos ouvrages. Frédéric Mathis