Your browser does not support JavaScript!

Qui l'aurait cru ? Alors qu'elle avait quasiment disparu du paysage Français, Trouvay & Cauvin réapparait à l'international grâce à son ancienne filiale au Moyen-Orient qui s'est fixé pour objectif de faire renaitre le groupe au plus haut niveau. Un pari audacieux qui serait passé inaperçu si l'entreprise n?enregistrait pas depuis plusieurs années un taux de croissance à deux chiffres'

Fondée en 1881 par Georges Trouvay et César Cauvin, l'entreprise qui employait en 1945 près de 150 employés prend véritablement son essor dans les années 1960 à la faveur du développement de la filière nucléaire en France. Trouvay & Cauvin est alors spécialisée dans la vente de tubes, robinetterie et équipements pour le pétrole, le gaz, l'eau et le bâtiment. En 1992, à son apogée, l'entreprise emploie 2.000 salariés, compte 8 succursales en France et de nombreuses filiales à l'étranger. Mais à la fin des années 1990, Trouvay & Cauvin subit de plein fouet les effets de la chute des investissements dans le secteur de l'énergie en France et dans le monde. Une longue descente aux enfers commence qui aboutira en 2002, faute de repreneurs, à la liquidation de la société mère. Par chance, les filiales de Trouvay & Cauvin échappent à la liquidation. Portées par le redémarrage des investissements dans le secteur du pétrole et du gaz, elles vont peu à peu retrouver le chemin de la croissance et renouer, chacune dans sa spécialité, avec les savoir-faire du groupe. A la tête de la filiale de Trouvay & Cauvin au Moyen-Orient depuis la fin de l'année 2000, Laurent Marie rachète la filiale Golfe en 2002 et prend la direction de la société en tant que CEO. Son objectif est simple : poursuivre l'aventure de Trouvay & Cauvin qui fêtera ses 130 ans cette année en exerçant ses activités sous le nom de Trouvay & Cauvin Group. Le redémarrage est rapide : en 2002, l'entreprise réalise un chiffre d'affaires de 20 millions de dollars, essentiellement sur la zone Moyen-Orient. Aujourd'hui, le chiffre d'affaires avoisine les 200 millions avec un objectif à 5 ans de 500 millions de dollars ! Des chiffres qui justifient l'ambition de ses dirigeants même si la physionomie de l'entreprise, qui n?a plus d'implantation en France, a beaucoup évolué. Car c'est de son siège social localisé à Bahrein mais surtout de ses bureaux opérationnels, basés à Dubaï, aux Emirats Arabes Unis, qu'elle poursuit son expansion : après la zone Moyen-Orient qu'elle couvre désormais intégralement, l'entreprise a ouvert ces dernières années plusieurs bureaux aux Etats-Unis et en Thaïlande, en Inde et en Corée, et ambitionne d'élargir sa présence dans les prochains mois en Chine, en Asie Centrale et en Irak. Spécialisée dans les secteurs de la tuyauterie, des raccords, de la robinetterie, de l'instrumentation de mesure et des systèmes de contrôle, l'entreprise exerce l'essentiel de ses activités sur les marchés du pétrole via sa division « Oil and Gas » (70 % du CA). Mais sa division « building & infrastructures », qui représente aujourd'hui environ 20% de l'activité du groupe, travaille également dans le secteur de l'eau (eau potable, eaux brutes, eaux usées) notamment pour tout ce qui relève du transport et de la distribution. « Nous sommes à même de fournir tous les éléments nécessaires à la construction d'un réseau qu'il s'agisse d'eau potable, d'eaux usées ou d'irrigation, explique Stéphane Jaffret, General Manager de la filiale au Qatar. Nous commercialisons essentiellement des canalisations en fonte ductile ou en acier revêtu avec du ciment pour l'eau potable, des résines époxy ou de la céramique pour les eaux usées ». Pour ceci, Trouvay & Cauvin Group a noué des partenariats avec différents fabricants et/ou distributeurs exclusifs ce qui lui permet de proposer un large éventail de solutions auxquelles l'entreprise s'efforce d'associer services et gestion de projets. Au-delà des tubes et canalisations, T&C Group fournit également l'ensemble des organes constitutifs d'un réseau, quelle que soit la nature des fluides transportés : vannes, brides, raccords, etc. Des éléments que l'on retrouve également aux seins des différents process vapeur présents dans les raffineries et les usines de dessalement, des secteurs dans lesquels T&C Group est également bien implanté. « Nous proposons dans ce domaine, des équipements de régulation adaptés aux contraintes particulières liées à ces activités à des grands acteurs du traitement de l'eau ou de la désalinisation tels que Veolia, Degrémont, Sidem ou encore Marubeni » explique Erwan Paul, Technical Manager chez Trouvay & Cauvin Gulf, en charge des activités liées à l'énergie et l'environnement. Même s'il ne représente qu'une part relativement faible de son chiffre d'affaires, le secteur de l'eau reste stratégique pour T&C Group. « Au Moyen-Orient, la disponibilité de l'eau revêt une importance majeure, explique Stéphane Jaffret. La demande est forte, tirée par des besoins toujours plus importants, une démographie en progression constante et une forte croissance. C?est un secteur dynamique dans lequel nous souhaitons rester très présents ». Le Qatar, pays avec lequel T&C Group vient de signer plusieurs contrats pour la fourniture de réseaux de distribution d'eau potable, illustre bien ce dynamisme. « Ce pays a souhaité porter de 1,5 à 7 le nombre de jours de réserves d'eau dont il dispose, explique Stéphane Jaffret. Cette décision implique la fourniture et la construction de nombreux réservoirs, réseaux et stations de pompage ». Des contrats potentiellement très importants auxquels viendront s'ajouter un jour ou l'autre ceux liés à la reconstruction de l'Irak et qui pourraient bien contribuer à alimenter la forte croissance de T&C Group, au moins dans cette partie du monde.