Your browser does not support JavaScript!

Suez Environnement vient de s'associer à travers son fonds d'investissement innovation Blue Orange à Redox Maritime Technologies, une entreprise norvégienne spécialisée dans la désinfection de l'eau par ozonation. Objectif : développer une nouvelle technologie de traitement par l'ozone des eaux de ballast des navires.

La gestion des eaux de ballast est devenue un enjeu écologique international majeur : les navires de tourisme et de commerce transportent dans leurs eaux de ballast des espèces aquatiques (bactéries, micro-organismes, algues et espèces animales qui peuvent avoir des effets significatifs sur les écosystèmes naturels dans lesquels elles sont rejetées. Le traitement de ces eaux est aujourd'hui en cours de réglementation par une convention de l'International Maritime Organization (IMO), dont les 170 États membres devront s'engager à limiter le transport d'organismes aquatiques nuisibles et pathogènes en équipant, d'ici à 2016, leurs flottes de systèmes de traitement des eaux de ballast. Pour soutenir les travaux de développement engagés par Redox Maritime Technologies, Suez Environnement apportera l'expertise développée par Ozonia, filiale de Degrémont, dans le domaine du traitement par ozone et par ultraviolet (UV) des eaux résiduaires urbaines et industrielles. Ozonia dispose déjà de plusieurs références dans le monde, notamment pour les bateaux de pêche et les bateaux-viviers. Redox Maritime Technologies apportera, quant à elle, sa technologie de désinfection par ozonation développée initialement par sa maison mère pour la pisciculture et l'aquaculture, et notamment pour le traitement de l'eau des bateaux-viviers. Les deux partenaires associeront ainsi leurs savoir-faire respectifs pour mettre au point une technologie innovante de traitement par l'ozone des eaux de ballast des navires. Une première échéance consistera à obtenir la certification de cette technologie par l'IMO à l'horizon de fin 2012. Les premières applications commerciales pourront ensuite être proposées. D?ici à 2016, ce sont environ 15 000 navires qui devront répondre aux nouvelles normes de réglementation.