Your browser does not support JavaScript!

Le système PureBallast d'Alfa Laval, qui permet de traiter les eaux de ballast sans produits chimiques, vient de recevoir la certification finale de l'Organisation Maritime Internationale (OMI). Emise le 27 juin dernier, cette certification finale atteste que le système est conforme avec la législation internationale définie par l'OMI. PureBallast, d'ores et déjà vendu à 25 navires depuis son lancement en 2006, est donc aujourd'hui le seul système de traitement des eaux de ballast sans produits chimiques à être conforme à la réglementation de l'OMI. Cette certification marque l'aboutissement d'un long processus défini par les Conventions Internationales pour le contrôle et la gestion des eaux de ballast et des sédiments des navires. Cette législation, adoptée par l'OMI en Février 2004, a pour objectif de stopper la propagation des espèces invasives dans de nouveaux environnements via les eaux de ballast. Cette convention qui entrera en vigueur en 2010 établit une série de règles pour la certification des systèmes de traitement des eaux de ballast qui doivent recevoir deux types de certification impliquant chacune trois types de composantes. Une première certification porte sur les substances actives (Active Substance Approval), qui atteste que le système n?a pas d'impact négatif sur l'eau traitée et sur le personnel de bord. Une seconde certification porte sur les performances biologiques du système (Biological Performance Approval) qui doit réduire une certaine quantité d'organismes vivants pour un volume d'eau donné. Une certification longue à obtenir du fait des nombreux tests en mer et à terre qui doivent être réalisés. Le dernier élément de la certification est le « Marine Approval » qui est similaire à la validation exigée pour d'autres éléments placés à l'intérieur d'un navire et plus particulièrement à l'intérieur de la salle des machines. PureBallast, développé par Alfa Laval en collaboration avec Wallenius Water, utilise le brevet Wallenius AOT? basé sur une technologie d'oxydation avancée (Advanced oxidation technology). Suivant le volume d'eau de ballast d'un navire, le process fait intervenir une ou plusieurs unités AOT, qui traitent l'eau lors des opérations de ballastage et de déballastage. Ces unités contiennent des catalyseurs constitués de dioxyde de titane, qui produisent des radicaux lorsqu'ils sont frappés par la lumière. Les radicaux, dont la durée de vie n?est que de quelques millisecondes, décomposent la membrane cellulaire des micro-organismes ? sans utilisation de produits chimiques ou création de résidus nocifs. L?annonce de cette certification par l'OMI s'accompagne d'une autre bonne nouvelle pour Alfa-Laval, la commande par l'armateur allemand E.R. Schiffahrt de huit unités d'une capacité de traitement de 500 m3/h. Ces systèmes seront livrés en 2009 et installés sur des navires construits par un chantier coréen.