Your browser does not support JavaScript!

Entreprises

Timab MH53Shield : la fin des mauvaises odeurs ?

04 novembre 2021 Paru dans le N°446 ( mots)
© DR

La société Timab Magnesium propose un nouveau produit bloquant la formation d'H2S dans les réseaux d'assainissement, sans les inconvénients des solutions actuellement disponibles. Après des essais à taille réelle très concluants, la commercialisation est lancée.

Beaucoup de collectivités font face à un problème d'odeurs nauséabondes sur leur réseau d'assainissement, en particulier au voisinage des postes de relevage et de leur refoulement. En cause : l'hydrogène sulfuré (H2S) produit par des bactéries sulfato-réductrices à partir des sulfates naturellement présents dans les effluents domestiques et industriels. Outre son odeur pestilentielle, ce gaz peut être transformé en acide sulfurique par d'autres bactéries, celles-ci sulfato-oxydantes, présentes sur les parties émergées du réseau. Or acide sulfurique et béton ne font pas bon ménage, d'où un problème de corrosion des canalisations. Cela occasionne par exemple chaque année des pertes d’actifs de 14 millions de dollars aux Etats-Unis. Tout cela sans compter le danger pour les agents intervenant sur le réseau car H2S est un gaz toxique, voire mortel à forte concentration. Les traitements actuels, à base de sels de fer – chlorures ferrique et ferreux – ou de nitrate de calcium, bloquent la création d'odeurs au prix d'inconvénients non négligeables. Les sels de fer, très acides, sont corrosifs tant pour les agents que pour les équipements (un acier inox spécial est requis pour éviter la corrosion rapide des postes de relevage, par exemple) et, de plus, ils forment avec la matière organique des précipités qui obstruent canalisations et STEP. De son côté, le nitrate de calcium représente une charge supplémentaire pour la STEP – qui doit précisément débarrasser les effluents des nitrates, entre autres – et augmente le volume de boues. Il augmente également le risque d'obstruction des canalisations en solidifiant certaines graisses et, via la libération d'azote en cas de dénitrification "sauvage" dans le réseau, peut provoquer des remontées de boues. Sels de fer comme nitrate de calcium sont aussi des produits nocifs pour l'environnement.

Timab Magnesium, filiale du groupe Roullier spécialisée dans l'utilisation du magnésium, propose aujourd'hui une solution différente : une suspension d'hydroxyde de magnésium, ou Mg(OH)2. La société connait bien ce type de produit qu'elle commercialise depuis cinq ans le MH53S, pour la neutralisation des effluents industriels acides. « En 2020, nous avons cherché d'autres applications pour l’hydroxyde de magnésium et la première utilisation à émerger a été le traitement de l'H2S dans les réseaux d'assainissement. Nous avons alors développé une nouvelle formulation pour cette utilisation » se souvient Maxime   Martinaud, Responsable des ventes "Traitement des Eaux " chez Timab Magnesium. L'idée n'est pas venue de nulle part puisque des publications universitaires ont mis en lumière l’impact du pH pour limiter la corrosion des canalisations dès 2009. Or l’hydroxyde de magnésium est le produit idéal pour contrôler le pH de par sa qualité de base faible. « Nous sommes les seuls à le proposer en Europe. Les canalisations en béton étant rares ici, les odeurs constituent l'essentiel du problème » précise Maxime Martinaud.

Les avantages de cette solution ? L'hydroxyde de magnésium est un produit inoffensif pour l'environnement, non dangereux à manipuler et facile à doser. Cette base faible agit par une augmentation modérée du pH des eaux usées, qui ne dépasse jamais 8,5 à 9 même en cas de surdosage involontaire. C'est néanmoins suffisant pour, d'une part, ralentir l'activité des bactéries sulfato-réductrices et, d'autre part, solubiliser l'H2S résiduel. En 2020, des essais en taille réelle dans des villes de l'Ouest de la France ont démontré l'efficacité du produit en termes de diminution des teneurs moyennes et maximales d'H2S dans les réseaux. Timab Magnesium se lance donc dans la commercialisation du procédé. La société s'attache maintenant à affiner le dosage sur place du produit, en développant un algorithme de dosage dynamique ajustant à tout moment la dose délivrée aux besoins.

Patrick Philipon

 

Entreprises liées