Your browser does not support JavaScript!

Numéro un allemand des services de l'eau et de l'assainissement, Gelsenwasser poursuit sa stratégie de développement en France via sa filiale à 100 % Nantaise des Eaux Services. Non sans certaines difficultés, si l'on en croit un communiqué diffusé hier par le groupe.

Après plusieurs mois de négociations, Nantaise des Eaux Services a remporté le 18 janvier dernier la gestion du service de l'assainissement du Syndicat Seine et Marnais de Brou, Chelles, Vaires, Courtry et Le Pin (70 000 habitants). Problème : Veolia Eau, délégataire sortant, aurait décidé de déposer une requête en référé auprès du tribunal administratif de Melun contestant la décision des élus. Une décision qui surprend Gelsenwasser dont la filiale, Nantaise des Eaux Services, postule déjà aux principaux marchés et délégations de services. Gelsenwasser s'étonne en particulier de certains arguments développés par son concurrent qui voudrait, selon ce communiqué, « que le syndicat n?ait pas retenu la candidature de Nantaise des Eaux Services au prétexte de références insuffisantes » alors que Nantaise des Eaux services voit sa candidature systématiquement retenue par les grandes collectivités (Communauté Urbaine de Strasbourg, Communauté Urbaine de Nantes, Syndicat de La Rochelle Nord,?). Gelsenwasser fait valoir qu'il gère les services de l'assainissement des villes telles que Brème ou Dresde ainsi que plus de 90 000 clients assainissement en France grâce à Nantaise des Eaux Services. « Les sociétés du groupe Gelsenwasser approvisionnent en eau potable et assurent le traitement des eaux usées de 6,9 millions d´habitants et d´un grand nombre de sociétés industrielles » indique le groupe dans un communiqué. Le résultat du référé qui s'est tenu le 25 janvier sera connu début février.