Your browser does not support JavaScript!

A l'occasion des Journées techniques sur l'eau qui se sont déroulées le 13 octobre à Oran, Jean-Louis Chaussade, Directeur Général de Suez Environnement et les Directeurs Généraux de l'Algérienne des Eaux (ADE) et de l'Office National de l'Assainissement (ONA) ont signé un nouveau contrat d'accompagnement à la modernisation des services d'eau et l'assainissement de la ville d'Alger.

Les autorités algériennes ont donc renouvelé leur confiance à Suez Environnement en reconduisant pour 5 ans le contrat d'accompagnement à la modernisation des services de l'eau et l'assainissement d'Alger. Entré en vigueur le 1er septembre 2011, ce contrat représente un chiffre d'affaires cumulé de 105 M?. Il prolonge et étend le contrat signé en 2006 entre Suez Environnement, l'ADE et l'ONA pour le management de SEAAL, une société par actions détenue par l'ADE et l'ONA, opérateur public de droit algérien, en charge de la gestion des services d'eau et d'assainissement des 3,2 millions d'habitants du Grand Alger. En 2006, la SEAAL et Suez Environnement se sont associées avec l'ambition de fournir à Alger des services d'eau, d'assainissement et de gestion de la clientèle équivalent aux référentiels internationaux. L?objectif consistait à offrir aux algérois un accès à l'eau potable 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et à améliorer significativement le service d'assainissement de la ville. Le partenariat reposait également sur un transfert de savoir-faire du groupe français aux équipes de SEAAL. Aujourd'hui, 100% de l'eau distribuée à Alger est potable et disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 contre seulement 8% en 2006. Pour cela, 130 000 fuites ont été réparées, 220 km de canalisations et 50 000 branchements d'eau ont été remplacés, alors que 300 000 compteurs ont été installés. Par ailleurs, plus de 500 000 appels téléphoniques clients ont été traités. 53% de la population de la Wilaya d'Alger est désormais raccordée à un service d'assainissement contre 6% en 2006, avec l'objectif d'atteindre 70% à l'horizon de 2012. Ainsi depuis 2006, 1,3 million de contrôles qualité ont été effectués, et les 3 300 km de collecteurs d'eaux usées curés, dont 200 km renouvelés. Comme signe des avancées accomplies durant ces 5 dernières années, 64 des 72 plages d'Alger ont été autorisées à la baignade pendant l'été 2011 contre 39 en 2006. Suez Environnement a également déployé à Alger son initiative de transfert international d'expertise de l'eau, WIKTI2. Les experts du groupe Français ont accompagné quotidiennement le personnel de la SEAAL, sur le terrain (27 experts à temps complet) lors de missions ponctuelles d'assistance technique (réparation de fuites, renouvellement d'installation de distribution d'eau, etc.) pour l'amélioration de leur pratiques managériales, la gestion de projets et l'apprentissage d'outils de gestion modernisés (centre de télécontrôle, modélisation des nappes et du réseau, systèmes d'information clientèle, etc.). Depuis 2006, plus de 50 000 jours de formation ont été dispensés et aujourd'hui, 70% des formateurs sont algériens. En 2011, la SEAAL dessert 530 000 foyers sur la Wilaya d'Alger. Le nouveau contrat s'inscrit donc logiquement dans la poursuite et la consolidation des travaux menés depuis 5 ans à Alger. Les experts de Suez Environnement continueront d'accompagner et de transférer leur savoir-faire afin que SEAAL acquière une expertise complète au terme du contrat en 2016. Celui-ci intègre également une extension progressive de la modernisation des services de l'eau et l'assainissement à la Wilaya de Tipaza, située à l'ouest d'Alger. L?objectif est, comme à Alger, de donner accès à l'eau potable 24 heures sur 24 aux 28 communes et 600 000 habitants de Tipaza. A terme, la SEAAL intégrera aussi la gestion de l'usine de production d'eau potable de Taksebt en Kabylie. Cette unité d'une capacité de production de 605 000 m3/jour permettra de maîtriser la ressource en eau du Grand Alger. SEAAL deviendra ainsi une référence mondiale parmi les services d'eau urbains, avec la gestion de plus d'1 million de m3/jour de traitement d'eau de surface.