Your browser does not support JavaScript!

31 octobre 2014 Paru dans N°375
Les surfaces en gravier présentent l'inconvénient de ne pas être très praticables pour la marche des piétons, pour les vélos dont les roues s'y enfoncent, pour les chaises roulantes et les voitures. La circulation entraîne le gravier à s'enfouir toujours un peu plus dans la terre et est souvent indispensable de maintenir sa présence par des apports réguliers et coûteux de nouvelles couches. Les plaques alvéolaires d'ACO, apportent une réponse à ces problématiques pour une stabilisation durable du gravier. Conçues pour fixer le gravier dans toute condition de circulation, que ce soit sur un parking, une allée, une terrasse, une aire de jeux, une cour, un chemin, un jardin ou une toiture-terrasse?, ces plaques sont garantes du maintien et de la stabilité du gravier en préservant une totale capacité d'infiltration des eaux de pluie. Leur conception repose sur les performances naturelles d'une structure alvéolaire en nid d'abeille, obturée à sa base inférieure d'une couche de géotextile imputrescible. La partie alvéolaire, en polypropylène blanc, emprisonne et confine le gravier dans chacune des multiples cellules en empêchant toute migration. Le géotextile, thermo-soudé aux alvéoles d'un diamètre de 42 mm, retient le gravier, permet le drainage des eaux pluviales et lutte efficacement contre l'apparition de mauvaises herbes. Chaque plaque de stabilisation de gravier ACO, de dimensions 120 x 160 cm x 3,2 cm d'épaisseur, résiste aux U.V. et est ingélive. Rapide à poser, elle ne pèse que 3 kg et se découpe facilement pour s'adapter à des surfaces à géométrie variable. La mise en ?uvre des plaques de stabilisation ACO est simple et nécessite 2 approches. Pour les zones gravillonnées piétonnes, une couche de fondation en sable de 10 cm est déposée avant la pose jointive et en quinconce des plaques. Leur remplissage et leur compactage se font à l'aide d'un gravier de 3 à 15 mm de diamètre. Afin de noyer l'ensemble, les plaques remplies sont recouvertes d'un surcroît de 15 à 20 mm de gravier. Pour les zones circulables par des voitures ou camions, les plaques sont capables de résister à des charges jusque 450 T/m², le décaissage initial plus profond est comblé par 15 à 25 cm de pierrailles concassées, puis d'une couche de 4 à 6 cm de sable, avant de poser les plaques dans les mêmes conditions que pour les zones piétonnes. Dans les deux cas, il est nécessaire de décaisser et niveler le sol afin que les bordures créées bloquent le gravier et les plaques.
ACO