Your browser does not support JavaScript!

Veolia Eau a été choisie pour assurer l'exploitation et la maintenance de l'usine de dessalement par osmose inverse faisant partie du Independent Water & Power Project de Qidfa, à Fujairah dans les Emirats Arabes Unis. L?usine produira 136 500 m3/jour d'eau dessalée par osmose inverse. Le montant cumulé du contrat est estimé à 78 M?. A Dubaï, le groupe français vient de remporter via sa filiale Veolia Eau Solutions & Technologies, deux contrats d'installations de traitement et de recyclage des eaux usées et saumâtres, pour un montant total de 22,4 M?. Ces projets concernent l'Ile de Palm Jumeirah et la tour Burj Dubaï.

Ce nouveau succès intervient à la suite du contrat gagné en août 2007 pour la construction des deux nouvelles usines de dessalement d'eau de mer (Osmose Inverse et MED) de Qidfa, qui portait sur un montant de 596 M?. Ces usines de dessalement font partie du Independent Water & Power Project (dénommé F2IWPP), qui comprend également la réalisation une centrale électrique de 2000 MW. Le projet est dirigé par un consortium établi par l'Abu Dhabi Water and Electricity Authority (ADWEA) en collaboration avec International Power Plc. et Marubeni Corp., responsables de l'exploitation et de la maintenance de l'ensemble des installations. L?originalité de la solution de dessalement proposée par Veolia Eau réside dans l'association des deux grands procédés de dessalement qui seront utilisés simultanément afin de satisfaire les besoins croissants en eau de la population et renforcer le potentiel de développement de la région. L?usine de dessalement par osmose inverse aura une capacité de 136 500 m3/jour et sera exploitée par Veolia Eau, tandis que celle utilisant le procédé de dessalement par distillation à effets multiples (MED) sera exploitée par la Fujairah F2 O&M Company. Cette combinaison de techniques permettra une utilisation optimale de l'énergie produite par la centrale électrique, notamment pendant les mois d'hiver. Ce contrat d'exploitation et de maintenance porte sur une durée de 12 ans à compter de l'été 2010, en complément d'une phase pré-opérationnelle de 3 ans, durant laquelle Veolia Eau aidera International Power Plc. et Marubeni Corp. à la mise en ?uvre de tous les composantes de l'usine d'osmose inverse, de même qu'à la coordination et à la préparation de sa mise en service. A Dubaï, Veolia Eau vient de remporter deux contrats d'installations de traitement et de recyclage des eaux usées et saumâtres, pour un montant total de 22,4 M?. Ces projets concernent l'Ile de Palm Jumeirah et la tour Burj Dubaï. Le premier contrat, attribué par Palm Water, filiale de Nakheel, groupe immobilier membre du Dubaï World Group, concerne la fourniture clés en main d'une installation de recyclage des eaux usées sur l'île de Palm Jumeirah, l'une des trois îles artificielles créées sur le Golfe arabique qui ont permis notamment à la ville de Dubaï de doubler l'étendue de son rivage (Voir E.I.N. N° 302). Cette île artificielle, en forme de palmier, constitue un pôle économique et touristique de luxe abritant hôtels, villas, centres commerciaux et de loisirs. Dans un objectif d'optimisation du cycle de l'eau sur l'île, une grande partie des eaux usées générées par la forte activité touristique sera recyclée pour l'irrigation, l'arrosage des espaces verts et pour les installations de production d'air conditionné. Pour garantir une eau de haut standard de qualité, Veolia Eau Solutions & Technologies (VWS) a mis en oeuvre la technologie de filtration membranaire Biosep®. Le contrat représente un montant de 12,1 M? pour VWS. L?installation de recyclage, située à côté de l'usine de traitement des eaux usées existante, aura à elle seule une capacité de traitement de 17 000 m3/jour. La livraison de l'ouvrage est prévue courant 2008. Le second contrat concerne le traitement des eaux du lac artificiel bordant la tour Burj Dubaï, qui sera la plus haute tour du monde. Il a été attribué à Veolia Eau, via sa filiale Veolia Eau Solutions & Technologies, par le développeur immobilier Emaar Properties, un des plus grands groupes des Emirats Arabes Unis. La Burj Dubaï fait partie d'un gigantesque complexe de 26 millions de m² qui comprendra des infrastructures résidentielles, commerciales et hôtelières, des espaces de loisirs et de divertissements, ainsi qu'un lac artificiel de 300 000 m3, destiné à être un des éléments les plus spectaculaires de l'ensemble. Le contrat remporté par VWS porte sur un montant de 10,3 M?. Il concerne la fourniture clés en main de l'installation de traitement des eaux du lac artificiel, prévue au printemps 2009 et sa gestion pour une période de 3 ans. Le lac sera alimenté par des eaux d'orage préalablement traitées, et par des apports d'eau douce au fur et à mesure de son évaporation. Les eaux du lac seront traitées en circuit fermé sur un cycle de 3 jours. L?installation de traitement, d'une capacité de 62 400 m3/j, comprend ainsi le traitement spécifique des eaux d'orage ainsi que le recyclage de la totalité des eaux du lac à travers des technologies de VWS : quatre modules d'Actiflo®, quatre filtres à disques Hydrotech®, un Aactidyne, un module de traitement membranaire par osmose inverse, de même qu'un post traitement de reminéralisation de l'eau et le traitement des boues.