Your browser does not support JavaScript!

La Communauté d'agglomération Cap Atlantique a inauguré le 30 septembre dernier la nouvelle station d'épuration de Livery à Guérande. Construite par Stereau, filiale ingénierie et construction du groupe Saur, elle concentre plusieurs technologies capables de préserver un milieu naturel à la fois riche et fragile. Le montant de l'opération s'élève à 20 millions d'euros, financé à 60% par Cap Atlantique et à 40% par l'Agence de l'Eau Loire Bretagne.

« Parce que Cap Atlantique est un pays d'eau et de terre mêlées qui conjuguent son image et son patrimoine, la station de Livery à Guérande, au sein des marais salants, se devait d'être exemplaire » a souligné Yves Métaireau, Président de Cap Atlantique et Maire de La Baule-Escoublac. Située en plein c'ur des marais salants, les procédés biologiques mis en ?uvre par le groupement Stereau ont donc été conçus pour assurer une préservation optimale de ce milieu naturel particulièrement sensible. Un traitement biologique de l'azote par aération prolongée a été mis en place pour assurer une bonne qualité de rejet en mer dans la baie du Scall au Pouliguen. Le succès est au rendez-vous puisque les valeurs recueillies sur les huit premiers mois de 2008 indiquent 95% d'amélioration en azote (NTK). Situés à 1,1 km des côtes, les émissaires de rejets préservent la qualité des activités côtières telles que baignade et pêche à pied. De plus, la station a été dimensionnée pour faire face aux variations saisonnières liées au tourisme : 95.000 équivalent-habitants l'hiver et 180 000 équivalent-habitants l'été. Pour éliminer les nuisances olfactives, une filière de traitement de l'air a été mise en place intégrant une ventilation des bâtiments ainsi qu'une désodorisation assurée par trois tours de lavage (débit traité : 72 000 Nm³/h). Quant aux équipements bruyants, ils ont été logés dans des bâtiments à structure béton dotés de revêtement d'insonorisation. La station a été également dimensionnée pour traiter les sous-produits tels que les graisses, les sables (nettoyés pour devenir un produit recyclable), les déchets non recyclables étant lavés, compactés et envoyés en centres de traitement agréés. Elle intègre enfin une filière boues utilisant la technologie MycET®, un procédé qui réduit la production des boues sans modifier leur valeur agronomique. Il repose sur l'utilisation d'un cocktail de champignons déjà présents naturellement au sein des boues. L?activité de ces champignons est démultipliée par l'introduction d'un cocktail de souches mycéliennes élaboré par Biovitis, partenaire du groupe Saur.