Your browser does not support JavaScript!

Ne pas perdre la chaleur contenue dans les eaux usées ! C?est en quelque sorte le postulat de Biofluides Environnement avec sa technologie de recyclage des eaux grises usées pour la production d'eau chaude sanitaire (ECS) et le chauffage: E.R.S® pour Energy Recycling System. Lancé en 2008, l'E.R.S® est adaptable à de nombreuses configurations. Démonstration dans un restaurant d'entreprise de Cergy Pontoise équipé de cette technologie depuis deux ans.

C?est dans le cadre d'un programme de réhabilitation de ses immeubles tertiaires qu'a été prise la décision d'installer l'E.R.S®. Initialement, ce bâtiment à usage de bureaux, doté d'un restaurant d'entreprise d'une capacité de 300 couverts devait être équipé d'un système de production solaire thermique. En plus des performances moindres de cette solution, les contraintes d'encombrement et de faible accessibilité du bâtiment (tour IGH de 100 mètres de hauteur) ont amené le gestionnaire et son bureau d'études à choisir l'E.R.S®. Le procédé a été installé dans le local technique, en sous-sol, directement en sortie de bacs à graisse sans incidence sur l'évacuation des eaux grises vers le réseau public. Une fois extraites par l'intermédiaire d'échangeurs contenus dans la cuve E.R.S.®, les calories sont transmises au circuit évaporateur d'une pompe à chaleur spécialement conçue pour fonctionner avec la cuve E.R.S® de Biofluides Environnement. Le procédé, développé et fabriqué en France, protégé par 5 brevets internationaux permet de produire, 2 ans après son installation, plus de 90 % des besoins en eau chaude sanitaire du restaurant et des sanitaires de l'immeuble. Pour une consommation électrique (PAC + auxiliaires) de 19,1 MWh, l'énergie fournie par l'ERS s'élève à 37,8 MWh soit un coefficient de performance énergétique (COP) net équivalent à 2. Le premier bilan d'exploitation (12 mois) rapporte une distribution d'eau chaude équivalent à 832 m3 soit 69 m3/ mois à une température moyenne de 54°C. Un comparatif réalisé sur le site par rapport à une chaufferie gaz démontre une économie sur la facture énergétique de 10 000 ? HT / an. «En restauration, la température des eaux grises usées arrive à 40°C ou plus, là où les rejets d'eaux des immeubles d'habitation fluctuent entre 15°C et 35 °C» analyse Alain Mouré, Président de Biofluides Environnement. Cette différence s'apprécie en terme énergétique : « Une fois le besoin de préchauffage en eau chaude sanitaire couvert, il reste un surplus d'énergie dans la cuve de l'ordre de 15°C à 20°C. Ce surplus d'énergie pourrait servir à d'autres applications telles que le réchauffage de la boucle ECS. Cette dernière, particulièrement consommatrice d'énergie, nécessite une élévation permanente de température de 5°C à 15°C selon la longueur de la boucle, 24H/24, et indépendamment de la demande en ECS des utilisateurs. En présence de panneaux de sol pour le chauffage des locaux, cette énergie fatale supplémentaire peut également fournir un appoint énergétique ».