Your browser does not support JavaScript!

Présenté les 7 et 8 mai au Forum européen de la recherche à Prague, le projet « Water-Bee » conduit par une équipe de chercheurs espagnols, britanniques et chypriotes pourrait déboucher dès l'été 2010 sur un prototype « d'irrigation intelligente ».

Rien à voir avec les abeilles, le nom « Water-Bee » donné à ce projet est lié à la technologie sur laquelle il repose : le Zig Bee, un protocole de communication sans fil. L'objectif est de créer un appareil permettant de connaître le taux d'humidité du sol afin de réguler l'irrigation. Dans ce dispositif les données issues des mesures de l'humidité du sol seront transmises par ondes radio fréquences. « L?agriculteur va pouvoir irriguer son champ juste lorsque c'est nécessaire », explique Enric Solà, ingénieur en télécommunications à IRIS, un laboratoire de recherche en Espagne. Le dispositif comprend des détecteurs qui enfouis dans le sol mesurent l'humidité à différentes profondeurs. Ces données sont ensuite envoyées à un ordinateur par la technologie du Zig Bee. Combinées avec d'autres paramètres tels la nature de la culture, les propriétés du sol, la qualité de l'eau ces informations vont orienter la décision d'un apport supplémentaire d'eau ou non. Si le premier objectif est d'économiser l'eau utilisées pour l'irrigation agricole, « il s'agit aussi améliorer la qualité des produits qui dépend également de la quantité d'eau apportée au champ », ajoute Enrico Solà. Le projet se trouve actuellement en phase d'expérimentation. C?est dans un champ de laitue situé à Barcelone que les premiers tests seront effectués. L?équipe de chercheurs espagnols, britanniques et chypriotes qui travaille sur ce projet annonce le premier prototype « d'irrigation intelligente » pour l'été 2010. Démarré en septembre 2008 le projet « Water-Bee » est financé à hauteur d'un million d'euros par l'Union européenne.