Your browser does not support JavaScript!

Actualités internationales

Rapport mondial de l'ONU-Eau : Alerte sur des investissements très en deçà des enjeux !

24 mars 2020 Paru dans le N°431 ( mots)

Pour atteindre l’objectif numéro six du Programme de développement durable de l’ONU à l’horizon 2030, les investissements en capital dans les infrastructures d’eau et d’assainissement doivent atteindre 114 milliards de dollars, soit trois fois le niveau actuel, révèle le Rapport mondial de l’ONU sur la mise en valeur des ressources en eau. Le rapport annuel publié à l’occasion de la journée mondiale de l’eau, démontre qu’investir dans la gestion des ressources en eau et les services d'approvisionnement contribue à limiter fortement les émissions de CO2 et ainsi à réduire les risques climatiques dans le futur. Les auteurs appellent à un engagement plus concret des États pour relever ce défi.

Investir dans le traitement des eaux usées. C’est l’un des messages primordiaux que le rapport mondial de l’ONU sur la mise en valeur des ressources en eau, entend faire passer aux Etats et aux bailleurs de fonds. Alors que le financement de la lutte contre le changement climatique a augmenté ces dernières années passant de 360 milliards de dollars en 2012 à plus de 500 milliards en 2017, seulement 11 milliards de dollars ont été consacrés à la gestion de l’eau et des eaux usées pour l’adaptation au changement climatique et 0.16 milliards de dollars à la gestion des eaux usées pour l’atténuation au changement climatique en 2016, constate le rapport. « Cela signifie concrètement que seulement 2.6 % du financement de l’action climatique en 2016 a été perçu directement pour la gestion de l’eau, résume Richard Connor, rédacteur en chef du rapport annuel ONU-Eau, publié le 22 mars à l’occasion de la journée mondiale de l’eau. Alors que le traitement des eaux usées exige une plus grande attention des sources traditionnelles de financement et qu’il constitue un outil puissant de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) ».

Si depuis une décennie, la nécessité de lutter contre les changements climatiques par une gestion plus rationnelle du cycle de l'eau est bien reconnue par les Etats, le rapport des Nations Unies alerte sur le fait qu’elle ne se traduit pas dans les faits. Les auteurs constatent une « sur-simplification » de l’approche, qui à l’inverse doit obliger à développer des projets précis dans les portefeuilles d’actions en faveur de la gestion des ressources en eau et les services d'approvisionnement et une réelle synergie entre politiques d’adaptation et d’atténuation au changement climatique.

Une telle détérioration de la situation risque d’entraver l’Objectif numéro six du Programme de développement durable de l’ONU à l’horizon 2030, qui vise à garantir l’accès à l’eau potable et à l’assainissement pour tous d’ici dix ans. Alors que d’ores et déjà 2,2 milliards de personnes ne disposent pas d’un accès à l’eau potable et que 4,2 milliards - soit plus de la moitié de la population mondiale - sont privées de systèmes d’assainissement sûrs, le défi est considérable. 

Pour la Directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay, « on aurait tort de ne voir la question de l’eau que sous l’angle d’un problème ou d’une insuffisance. Une meilleure gestion de l’eau peut appuyer les efforts visant à atténuer et à s’adapter aux effets des changements climatiques ». Le Président d’ONU-Eau et du Fonds international de développement agricole (FIDA), Gilbert Houngbo, estime pour sa part que « si nous sommes vraiment déterminés à limiter l’augmentation de la température mondiale à moins de deux degrés Celsius et à réaliser les Objectifs de développement durable (ODD) pour 2030, nous devons agir immédiatement. On dispose de solutions de gestion de l’eau et du climat mieux coordonnées pour lesquelles chaque secteur de la société a son rôle à jouer. On ne peut plus se permettre d’attendre ».

 

Changements climatiques : une menace sur la disponibilité de l’eau

L'augmentation de la température de l'eau, la diminution de l'oxygène dissous entraîneront la diminution de la capacité auto-épuratoire des masses d'eau et affecteront ainsi la qualité de l’eau : risques accrus de pollution de l'eau, contamination pathogène causés par les inondations ou par des concentrations plus élevées de polluants pendant les périodes de sécheresse. Outre l’impact sur la production alimentaire, les effets sur la santé, aux pertes économiques et aux déplacements de population - risquent, par conséquent, d’être considérables.

De nombreux écosystèmes, en particulier les forêts et les zones humides, sont également menacés, réduisant la biodiversité. L'approvisionnement en eau sera affecté, non seulement pour l'agriculture - qui absorbe 69% des prélèvements d’eau douce –, ainsi que pour l’industrie et la production d’énergie. 

Une grande partie des effets des changements climatiques sur la ressource en eau se manifestera dans les zones tropicales, où se trouve la plupart des pays en développement, avec des conséquences potentiellement apocalyptiques pour les petits États insulaires dont certains seront probablement rayés de la carte. Les régions montagneuses et septentrionales sont aussi particulièrement vulnérables aux changements climatiques, alors que les glaciers et les neiges éternelles fondent presque partout dans le monde. Les auteurs reconnaissent toutefois qu’un certain nombre d’incertitudes demeurent, particulièrement à l’échelon local et s’agissant de la variabilité de l’évolution des précipitations selon les saisons.

Face aux menaces, le rapport met en avant les deux stratégies complémentaires à mettre en œuvre, l’adaptation et l’atténuation : 

  • L'adaptation englobe une combinaison d'options naturelles, techniques et technologiques, ainsi que des mesures sociales et institutionnelles pour atténuer les dommages et exploiter les quelques conséquences positives des changements climatiques. Elle est susceptible d’avoir des retombées favorables très rapides, principalement au niveau local. 
  • L'atténuation comprend les interventions humaines nécessaires pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) tout en exploitant les puits de carbone afin de diminuer la quantité de CO2 et autres GES présente dans l’atmosphère. Elle concernera de vastes zones géographiques mais avec des effets dont la montée en puissance pourra s’étaler sur des décennies. Or, les possibilités d'atténuation en matière de gestion de l’eau restent notoirement méconnues.

Traiter plus et traiter mieux

Ainsi, le traitement des eaux usées contribue aux changements climatiques dans la mesure où il est générateur de GES dans une proportion estimée entre 3 et 7% des émissions. Ces dernières proviennent à la fois de l’énergie nécessaire et des procédés biochimiques utilisés dans le traitement des eaux usées. Mais, du fait de la décomposition de la matière organique qu’elles contiennent, les eaux usées non traitées sont aussi une importante source de méthane, un puissant gaz à effet de serre. Le rapport souligne que les eaux usées contiennent plus d’énergie que ce qui est nécessaire à leur traitement, à condition, bien sûr, de savoir l’exploiter. Or, on estime qu’entre 80 et 90% des eaux usées sont rejetées sans traitement à travers le monde. 

Concrètement, une gestion optimale de la ressource en eau implique d’investir dans des techniques de traitement capables de tirer le méthane de la matière organique et ainsi générer l’énergie nécessaire au processus sous forme de biogaz, comme cela se fait déjà dans des pays en pénurie d’eau comme la Jordanie, le Mexique, le Pérou ou la Thaïlande. Ces techniques ont permis de réduire les émissions de milliers de tonnes de CO2 tout en réalisant des économies et en améliorant la qualité du service.

Le rapport cite également des actions innovantes en matière de gestion de l'eau telles que le captage du brouillard, ou, plus classiques mais tout aussi efficaces, la protection des zones humides, ou les techniques agricoles dites « de conservation ». Ces dernières permettent de préserver la structure des sols, la matière organique et l’humidité en dépit d’une moindre pluviométrie. De même, la « réutilisation » des eaux usées traitées pour l’irrigation ou l’industrie est une voie intéressante.

Intégrer systématiquement les mesures d’adaptation et d'atténuation

Malheureusement, constatent les auteurs, si la nécessité de lutter contre les changements climatiques par une meilleure gestion du cycle de l'eau est bien reconnue, elle ne se traduit pas dans les faits. « Le mot ’’eau’’ apparaît rarement dans les accords internationaux sur le climat », relève Audrey Azoulay. Les « contributions déterminées au niveau national », soumises par les États dans le cadre de l'Accord de Paris, demeurent d’ordre général sans proposer de plans spécifiques pour l'eau. Si une majorité de pays reconnaissent l'eau dans leur « portefeuille d'actions », moins nombreux sont ceux qui ont estimé les coûts de ces actions et moins nombreux encore ceux qui ont mis en avant des projets précis. Quant aux synergies possibles entre les mesures d'adaptation et d'atténuation, elles sont souvent négligées.

Il existe de plus en plus de possibilités d'intégrer systématiquement la planification de l'adaptation et de l'atténuation dans les investissements dans le domaine de l'eau, de manière à rendre ces opérations plus attrayantes pour les bailleurs de fonds. 

Un bon exemple à cet égard est donné par un projet de fonds vert pour le climat au Sri Lanka qui vise à améliorer les systèmes d'irrigation de communautés villageoises vulnérables et à encourager des pratiques agricoles intelligentes face au climat dans trois bassins fluviaux. Il offre à la fois des avantages d'adaptation au climat et d'atténuation, tout en conservant l'eau et en protégeant les sources d'eau potable.

D’autres initiatives liées à l'eau et aux changements climatiques génèrent également des avantages connexes, tels que la création d'emplois, l'amélioration de la santé publique, la réduction de la pauvreté, ou la promotion de l'égalité des sexes.

L'adoption de mesures intégrées d'adaptation et d'atténuation est une proposition gagnant-gagnant, bénéfiques pour la gestion durable des ressources en eau et pour le droit humain à l'eau potable et à l'assainissement. Elles s'attaquent en outre directement aux causes et aux conséquences des changements climatiques, y compris dans la réponse à apporter face aux phénomènes météorologiques extrêmes.

Le rapport mondial sur les ressources en eau 2020 est téléchargeable à l’adresse : https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000372941.locale=en