Your browser does not support JavaScript!

Le syndicat intercommunal de Saint-Lô-d'Ourville ? Denneville ? Port-Bail (Manche) a choisi Stereau, filiale ingénierie du groupe Saur, pour la conception et la construction d'une nouvelle station d'épuration (3 M?) qui doit répondre aux enjeux de la qualité d'eau de rejet de cette station balnéaire de 3.000 habitants. Port-Bail, zone de baignade protégée situé au c'ur d'un patrimoine historique classé, a choisi Aqua-RM® pour traiter ses eaux usées en raison de ses avantages environnementaux mais aussi pour les avantages évolutifs qu'offre ce procédé. La future station, conçue pour 6.000 p.e. pourra augmenter progressivement sa capacité par palier de 2 000 p.e., pour atteindre à terme un objectif de 12 000 p.e. Le passage de 6.000 p.e. à 8.000 p.e. se fera avec la simple installation de deux châssis membranaires supplémentaires et ne nécessitera pas l'obtention d'un permis de construire. En solution classique, une telle extension aurait nécessité un investissement plus important sans pouvoir procéder par étape. Sa mise en service est prévue pour 2009. Le principe du procédé Aqua-RM® repose sur la séparation de l'eau épurée et des boues activées à travers des membranes immergées dans le réacteur de traitement. La filtration s'opère gravitairement au travers de membranes plaques qui laissent passer l'eau, tandis qu'elles retiennent les matières en suspension et les bactéries. L?air est introduit à la base du module afin de créer une turbulence et éviter le colmatage des membranes. Brevetées par le japonais Kubota, les membranes plaques présentent quatre atouts pour les stations d'épuration des zones touristiques : fiabilité du traitement, capacité à absorber de fortes variations de charge, durée de vie plus longue et plus grande facilité d'exploitation en évitant tout colmatage. En outre, à capacité équivalente, les stations équipées de cette technologie occupent quatre fois moins de surface au sol qu'une installation classique. Depuis la construction de la station d'épuration du Guilvinec (Voir E.I.N. N° 296), une dizaine de contrats ont été signés en France, mais aussi à Nicosie (Chypre).